L'occident pratique un double-standard selon l'origine des migrants

De Wikidébats
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mots-clés : Immigration, immigration massive, intégration, identité nationale, inégalités Nord/Sud, assimilation, Thèmes à vérifier [ modifier ]

Résumé de l'argumentRésumé de l'argument [ modifier ]

étrangement, dès le déclenchement de la guerre russo-ukrainienne, les pays de l'Europe de l'Ouest se sont mis à accueillir à bras ouverts les réfugiés ukrainiens qui déferlaient par milliers et ont développé des moyens matériels, financiers et humains hors du commun pour leur venir en aide. À contrario, ceux qui viennent du moyen-orient ou d'Afrique du Nord sont accueillis à coupes de pieds au cul et les gens qui les aident condamnés pour délit de solidarité (cf. Cédric Herrou) alors même que leur situation n'est pas si différente. Ce double standard discrédite d'emblée les pseudos-arguments sur notre soi-disant incapacité matérielle à accueillir les migrants.

CitationsCitations [ modifier ]

« Une guerre chez les pauvres du tiers-monde, pas de souci, qu’ils se débrouillent, mais regardez, eux, ils ont vu Squid Game comme nous, alors aidons-les ! Pourquoi cette empathie n’est-elle alors pas aussi forte face à d’autres populations contraintes à l’exil pour fuir des guerres ? Comment en arrive-t-on à accepter de faire une différence entre des personnes qui arrivent en France pour échapper à la mort, à accepter de voir certains comme nos semblables… mais pas les autres ? »
« De son départ de l’Ukraine, jusqu’à son arrivée en Belgique, Bertine dénonce un traitement différencié et raciste : "J’étais avec mes sœurs, et l’une d’elles était malade. Nous avons dormi dehors alors que la température était de -10°C et cela n’a pas été facile. Lorsque l’on est arrivé à la frontière polonaise et que l’on a expliqué que ma sœur était malade, on a demandé de l’aide. Voir des personnes nous répondre que ce ne sont pas leurs affaires, comme si elle n’était pas humaine, comme si c’était une chose, ça a changé notre vision du monde. Constater que l’on nous traite différemment, c’est choquant, et ça fait mal".


Juliana Wahlgren est directrice par intérim au Réseau européen contre le racisme (ENAR), elle et son équipe ont recueilli des témoignages de personnes racisées, aux frontières entre l’Ukraine et l’Union européenne : "Le droit de passage se fait sur base de la nationalité et sur base éthno-raciale. La nationalité présente sur le passeport joue un rôle, mais aussi la couleur de la peau, ce qui explique que les migrants venus de l’extérieur de l’Europe ou les étudiants internationaux, afro-descendant ou d’origine arabe, latino, asiatique, rom, ont plus de difficultés à passer les frontières. Ce profilage ethnique repose sur des critères raciaux". »

Sous-argumentsSous-arguments [ modifier ]

Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.

ObjectionsObjections [ modifier ]

Références bibliographiquesRéférences [ modifier ]

Débats parentsDébats parents