Environ 1 tiers des réfugiés d'Ukraine venus en France sont africains, et la France ne pratique pas de discrimination

De Wikidébats, l'encyclopédie des débats et des arguments « pour » et « contre »
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mots-clés : aucun[ modifier ].

RésuméRésumé

[ modifier ]

CitationsCitations

[ modifier ]

« Notre reporter est allé au centre Accueil Ukraine dans le XVIIIe arrondissement de Paris, près de Porte de la Chapelle. Il offre aux réfugiés ukrainiens un premier lieu d’accueil afin d’évaluer leurs besoins et de les orienter vers les solutions adaptées. Parmi les famille, il y a peu d'homme ukrainien de 18 à 60. Ils sont notamment mobilisés auprès des forces armées ukrainiennes ou auprès des groupes de volontaires. Par ailleurs, beaucoup de jeunes hommes, résidant jusqu'à l'attaque russe en Ukraine, originaires du continent Africain, s'inscrivent comme réfugiés. Reportage réalisé par Jean Bexon, journaliste »

Auteur non renseigné, « Des Africains parmi les réfugiés d'Ukraine », 15/03/2022.

« Ce dimanche, sur le plateau du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, l'ex-députée FN du Vaucluse est elle-même revenue sur la question de l'accueil des réfugiés ukrainiens, citant les révélations du Figaro sur la présence d'un tiers de migrants d'autres nationalités parmi les réfugiés arrivés sur le territoire français. «Si une partie des Ukrainiens souhaitent venir en France, ils peuvent bien sûr le faire, avec un point de vigilance très important», précise en effet la directrice de l'ISSEP, car «près d'un tiers des réfugiés dits Ukrainiens qui arrivent en France ne sont en réalité pas des Ukrainiens». Selon elle, si ce sont «des Algériens ou des Marocains», ils ont «vocation à aller dans ces pays» dont ils ont la nationalité, car ce ne «sont pas de véritables réfugiés de guerre». »

RéférencesRéférences

[ modifier ]

Arguments pourSous-arguments

[ modifier ]

Arguments contreContre-arguments

[ modifier ]

  • Argument contreLes afro-ukraininens et indo-ukrainiens sont discriminés

Débats parentsDébats parents