Si vous voulez que ce projet continue à vivre et à se développer, soutenez-nous !

Sommes-nous libres de nos décisions ?

De Wikidébats
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page est une ébauche de débat. Il s'agit d'une liste d'arguments plus ou moins organisée.
N'hésitez pas à contribuer à l’élaboration de cette ébauche.

Pour comprendre le débatPour comprendre le débat [ modifier ]

Aucune introduction n'a été entrée pour le moment.
Wikipedia.svg
Voir aussi : Libre-arbitre sur Wikipédia [ modifier ]

Pour comprendre le débatCarte des arguments

POUR

Argument POURJ'ai le sentiment d'être libre
Argument POURSi les humains ne sont pas libres, il n'y a plus d'éthique et de justice
Argument POURLes religions affirment la liberté humaine
Argument POURLe cerveau repose sur des particules indéterminées

CONTRE

Argument CONTRELes comportements humains sont réguliers et prévisibles
Argument CONTRELe fait que j'aurais pu faire un autre choix que celui que j'ai fait par le passé est invérifiable
Argument CONTRENous ne sommes pas libres de voler dans les airs, de respirer sous l'eau ni de vivre deux-cents ans
Argument CONTRELa volonté est toujours déterminée par le motif de poursuivre son bien ou son avantage
Argument CONTRELe libre-arbitre est une illusion
Argument CONTRELa majorité de nos actes sont guidés par notre inconscient
Argument CONTRENos actes sont conditionnés par des influences extérieures

Arguments POURArguments POUR [ modifier ]

Argument POURJ'ai le sentiment d'être libre

Chaque personne agit sans se sentir contrainte, mais dans un jaillissement de décisions qui se succèdent spontanément. Cette spontanéité de l'action et de la pensée coïncident avec la liberté.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS

ObjectionNous ne sommes pas conscients des causes qui nous déterminent

« Les hommes se trompent quand ils se croient libres ; cette opinion consiste en cela seul qu'ils sont conscients de leurs actions et ignorants des causes par lesquelles ils sont déterminés. »
Spinoza, L'Ethique, livre II.

Argument POURSi les humains ne sont pas libres, il n'y a plus d'éthique et de justice

Le sentiment de culpabilité individuellement ressenti, de même que le fait que la justice punisse les auteurs de délits ou de crimes, ne peuvent s'expliquer que par la liberté que les hommes auraient de faire une action, ou de s'abstenir, ou bien d'en faire une autre. Si l'on abandonne l'idée de liberté, alors le sentiment de culpabilité et la mission de la justice de punir les coupables deviennent absurdes et injustes.
« Si les hommes sont conduits, par les lois de la nature, à faire ce qu'ils font, on ne peut pas les en blâmer, pas davantage que l'on ne peut reprocher à une montre d'être en avance ou en retard. »
Albert Camus, Réflexion sur la peine capitale.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS

ObjectionNul besoin de supposer le libre arbitre d'un individu pour le juger

Un individu dont les actions sont déterminées par un enchainement de causes externes reste un justiciable. Si cet individu commet des actes nuisibles, la société, par son institution judiciaire, peut décider d'empêcher cet individu de nuire à nouveau et donc décider de le juger. Cette décision est légitime et ne suppose en rien le libre arbitre de l'individu coupable. On ne peut effectivement rien reprocher moralement à une pierre qui roule sous l'action de la pesanteur, on peut cependant l'arrêter.

ObjectionLes comportements humains sont réguliers et prévisibles

Cela exclut qu'une volonté libre en soit la source.
« Une intelligence qui, à un instant donné, connaîtrait toutes les forces dont la nature est animée et la situation respective des êtres qui la composent, si d’ailleurs elle était suffisamment vaste pour soumettre ces données à l’analyse, embrasserait dans la même formule les mouvements des plus grands corps de l’univers et ceux du plus léger atome ; rien ne serait incertain pour elle, et l’avenir, comme le passé, serait présent à ses yeux. »
Pierre-Simon Laplace, Essai philosophique sur les probabilités, Courcier, 1814.
Sous-débat
Le débat continue. Consultez la page détaillée
Les comportements humains sont réguliers et prévisibles
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Objection Des changements culturels et des basculements civilisationnels sont possibles
Objection Ils ne sont prévisibles que de façon très limitée et réductrice
de l'argument pour aller plus loin.

Argument POURLes religions affirment la liberté humaine

Dans les religions, Dieu juge les humains à la fin de leur existence. Ce jugement implique que les humains sont libres, sinon cela n'aurait aucun sens.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS

ObjectionRien ne montre l'existence d'un dieu

Dans notre expérience commune, nous ne percevons pas Dieu ; l'histoire n'est pas influencée par une quelconque providence, mais est la résultante des actions des humains ; la nature est indifférente, elle comporte des ratés (espèces qui ont disparu sans descendance, développement buissonnant etc.). Pour conforter l'idée de Dieu, les religions ne proposent que des raisonnements incertains, une "foi" irrationnelle (qui contredit la foi des autres religions) ou des expériences subjectives, plus ou moins illusoires (expériences mystiques). L'hypothèse de Dieu est donc gratuite.

Argument POURLe cerveau repose sur des particules indéterminées

Les particules élémentaires sont indéterminées. Le cerveau fonctionne par la computation de milliards de particules régies par l'indéterminisme ; il ne peut donc être lui-même déterministe.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS

ObjectionRien de scientifique ne le montre

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

[ ± Ajouter ou retirer un argument POUR ]

Arguments CONTREArguments CONTRE [ modifier ]

Argument CONTRELes comportements humains sont réguliers et prévisibles

Cela exclut qu'une volonté libre en soit la source.
« Une intelligence qui, à un instant donné, connaîtrait toutes les forces dont la nature est animée et la situation respective des êtres qui la composent, si d’ailleurs elle était suffisamment vaste pour soumettre ces données à l’analyse, embrasserait dans la même formule les mouvements des plus grands corps de l’univers et ceux du plus léger atome ; rien ne serait incertain pour elle, et l’avenir, comme le passé, serait présent à ses yeux. »
Pierre-Simon Laplace, Essai philosophique sur les probabilités, Courcier, 1814.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS

ObjectionDes changements culturels et des basculements civilisationnels sont possibles

Les révolutions et autres basculements politiques, sociétaux témoignent du fait que la stabilité des comportements humains n'est que relative.

ObjectionIls ne sont prévisibles que de façon très limitée et réductrice

Seule une intelligence omnisciente, connaissant tout le passé et le présent de toute chose et de tout être, serait éventuellement en mesure de prévoir les comportements des hommes. C'est l'argument célèbre du "démon de Laplace" pour tenter de justifier le déterminisme. Or, aucun homme, jusqu'à ce jour, n'a montré une telle capacité intellectuelle.

Les comportements des hommes ne sont donc pas prévisibles, tout au plus sont-ils probables, et encore.

Argument CONTRELe fait que j'aurais pu faire un autre choix que celui que j'ai fait par le passé est invérifiable

C'est seulement à posteriori, après les faits, que les hommes affirment qu'ils auraient pu agir autrement. On ne peut observer que théoriquement les possibilités d'action sont multiples au moment où l'on opte pour l'une d'entre elles. En pratique, j'opte pour un choix, en excluant tous les autres, et c'est tout ce que je peux observer avec certitude.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS

ObjectionUn autre choix était possible

Tous les hommes paraissent avoir le sentiment, après avoir agi, c'est-à-dire après avoir fait le choix d'une certaine action, qu'ils auraient pu agir autrement, c'est-à-dire également faire le choix d'une autre action.

Argument CONTRENous ne sommes pas libres de voler dans les airs, de respirer sous l'eau ni de vivre deux-cents ans

Il y a beaucoup d'actions que les hommes ne sont, avec certitude, pas libres de faire : ce sont toutes celles qui excèdent leurs capacités physiques. Pour toutes ces actions, bien que je puisse vouloir les faire, je ne suis pas libre de les faire. Je ne suis par exemple pas libre de voler dans les airs, ni même de gagner les prochaines épreuves d'athlétisme lors des prochains Jeux olympiques.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS

ObjectionLe libre-arbitre n'est pas la liberté de faire ce qu'il nous plait

Les limites physiques dessinent seulement le cadre à l'intérieur duquel des actions et des choix libres sont possibles. Lorsqu'on avance que des limites physiques nouvelles, telles qu'une maladie, nous enlèvent notre liberté, c'est qu'on confond la liberté et le bonheur. C'est qu'on estime faussement que l'on est libre que lorsque l'on fait tout ce qui nous plaît. La liberté consiste à faire des choix qui ne sont pas tous agréables par principe, mais peuvent même être très pénibles.
« Me voilà tuberculeux par exemple. Ici apparaît la malédiction (et la grandeur). Cette maladie, qui m’infecte, m’affaiblit, me change, limite brusquement mes possibilités et mes horizons. J’étais acteur ou sportif ; avec mes deux pneumos , je ne puis plus l’être. Ainsi négativement je suis déchargé de toute responsabilité touchant ces possibilités que le cours du monde vient de m’ôter. C’est ce que le langage populaire nomme être diminué. Et ce mot semble recouvrir une image correcte ; j’étais un bouquet de possibilités, on ôte quelques fleurs, le bouquet reste dans le vase, diminué, réduit à quelques éléments. […] Et d’autre part surgissent avec mon état des possibilités nouvelles : possibilité à l’égard de ma maladie (être un bon ou un mauvais malade), possibilités vis-à-vis de ma condition (gagner tout de même ma vie, etc.). Un malade ne possède ni plus ni moins de possibilités qu’un bien portant ; il a son éventail de possibles comme l’autre et il a à décider sur sa situation, c’est-à-dire à assumer sa condition de malade pour la dépasser (vers la guérison ou vers une vie humaine de malade avec de nouveaux horizons). […] Ainsi suis-je sans repos : toujours transformé, miné, laminé, ruiné du dehors, et toujours libre, toujours obligé de reprendre à mon compte, de prendre la responsabilité de ce dont je ne suis pas responsable. Totalement déterminé et totalement libre. »
Jean-Paul Sartre, Cahiers pour une morale, 1983.

ObjectionLes limites à notre liberté sont créatrices de liberté

Les limites à notre liberté peuvent, paradoxalement, en faciliter l'usage. Les limites extérieures restreignent le nombre de nos choix, et, parfois, leur donnent un sens plus déterminé, ce qui a pour effet de faciliter la prise de décision, en écartant l'angoisse d'un horizon infini de choix, différents mais qui se vaudraient plus ou moins. Quand les différents choix qui s'offrent à un individu sont peu nombreux, et d'autant plus si chacun de ces choix a un sens moral déterminé, alors l'individu peut éprouver plus de facilité à faire usage de sa liberté, que s'il se trouvait face à un grand nombre de choix possibles qu'il n'arrive pas à distinguer d'après son sens moral.
« Jamais nous n'avons été aussi libres que sous l'occupation allemande. »
Jean-Paul Sartre, « La République du silence », Les Lettres françaises, n°20, Situations III, Gallimard, 9 septembre 1944.

Argument CONTRELa volonté est toujours déterminée par le motif de poursuivre son bien ou son avantage

Que la volonté soit libre implique qu'elle soit dépourvue d'influence ou de détermination qui serait la cause de son acte. Or, il semble que les hommes poursuivent toujours leur bien ou leur avantage. Pour cette raison, la volonté a au moins cette détermination qu'elle vise toujours son bien. La volonté n'est donc pas libre de tout vouloir. Ce qu'un individu estime pouvoir lui nuire, il ne peut le vouloir ; il n'est pas libre de vouloir son mal.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS

ObjectionSeules des influences extérieures à l'individu peuvent le priver de liberté

Seules des influences extérieures à l'individu peuvent le priver de liberté ; une détermination ou une caractéristique intrinsèque à un individu, voire aux êtres humains, ne peut les priver de liberté. Si le fait de poursuivre son bien était une entrave à la liberté de la volonté, cette entrave étant commune à tous les hommes, alors la liberté serait impossible pour tout humain et la notion perdrait son sens.

ObjectionIl y a liberté lorsqu'on ne peut connaitre les conséquences des différents choix possibles

Lorsque plusieurs choix se présentent à une volonté, et que les informations sur ses conséquences manquent, ainsi que la possibilité d'en faire la prévision, la volonté peut se trouver paralysée, c'est-à-dire indifférente à une possibilité ou à une autre. N'étant pas déterminée à opter pour un choix ou pour un autre, elle est libre.

Argument CONTRELe libre-arbitre est une illusion

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Argument CONTRELa majorité de nos actes sont guidés par notre inconscient

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Argument CONTRENos actes sont conditionnés par des influences extérieures

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

[ ± Ajouter ou retirer un argument CONTRE ]

Pour aller plus loinPour aller plus loin

BibliographieBibliographie [ modifier ]

Plutôt POURPlutôt POUR [ modifier ]

Plutôt CONTREPlutôt CONTRE [ modifier ]

  • Spinoza, L'Ethique, Livre II.

Ni POUR ni CONTRENi POUR ni CONTRE [ modifier ]

Aucune référence bibliographique ni POUR ni CONTRE n'a été entrée pour le moment.

SitographieSitographie [ modifier ]

Plutôt POURPlutôt POUR [ modifier ]

Aucune référence sitographique POUR n'a été entrée pour le moment.

Plutôt CONTREPlutôt CONTRE [ modifier ]

Aucune référence sitographique CONTRE n'a été entrée pour le moment.

Ni POUR ni CONTRENi POUR ni CONTRE [ modifier ]

Aucune référence sitographique ni POUR ni CONTRE n'a été entrée pour le moment.

VidégraphieVidéographie [ modifier ]

Plutôt POURPlutôt POUR [ modifier ]

Aucune référence vidéographique POUR n'a été entrée pour le moment.

Plutôt CONTREPlutôt CONTRE [ modifier ]

Aucune référence vidéographique CONTRE n'a été entrée pour le moment.

Ni POUR ni CONTRENi POUR ni CONTRE [ modifier ]

Aucune référence vidéographique ni POUR ni CONTRE n'a été entrée pour le moment.

Débats connexesDébats connexes [ modifier ]

Aucun débat connexe n'a été entré pour le moment.