Si vous voulez que ce projet continue à vivre et à se développer, soutenez-nous !

Les EMI sont influencées par la culture ambiante

De Wikidébats
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Débat parentCet argument est utilisé dans les débats Les expériences de mort imminente peuvent-elles s'expliquer de façon rationaliste ? et Dieu existe-t-il ?.

Résumé de l'argumentRésumé de l'argument [ modifier ]

Il est intéressant de constater que certaines EMI sont influencées par les idées religieuses des expérienceurs : Natalie Saracco a une EMI catholique, alors qu'un adolescent juif, Nathan, témoigne d'une EMI qui met en scène les conceptions religieuses juives. Les EMI des hindous ne ressemblent pas aux EMI des occidentaux. Ceci montre bien que les EMI mettent en image les idées plus ou moins conscientes de l'expérienceur, et non une réalité objective.

CitationsCitations [ modifier ]

« Plusieurs études ont mis en évidence des différences plus ou moins importantes entre les récits d’EMI issus des pays occidentaux et ceux issus d’autres cultures. L’exemple le plus repris dans la littérature est celui de l’Inde (Groth-Marnat, 1994; Pasricha, 2008; Pasricha & Stevenson, 1986). Il apparaît que certains éléments présents dans les récits occidentaux tels que la vision de tunnels (31% des expériences de mort imminente selon van Lommel et al. (2001) ou la revue de la vie (13%)) sont très peu présents, voire absents, des récits indiens. (...) On peut citer le phénomène d’erreur d’identité au cours duquel la personne est renvoyée à la vie car elle n’est pas celle attendue par Yama, le dieu de la mort dans les religions hindoue et bouddhiste. Ce phénomène, très fréquent en Inde, se retrouve également dans des récits recueillis en Thaïlande par Murphy (2001) qui conclut à l’existence de différences entre les récits thaïlandais et occidentaux. Il apparaît, au-delà des figures religieuses, que les Thaïlandais rapportent plus d’affects négatifs que les Occidentaux, souvent en lien avec une peur de l’enfer (Murphy, 2001). De même, une étude menée en Allemagne met en évidence des différences entre l’Est et l’Ouest du pays quant aux émotions ressenties durant l’EMI (Knoblauch, Schmied, & Schnettler, 2001). Les individus ont tendance à rapporter significativement plus d’émotions négatives en Allemagne de l’Est (60%) qu’en Allemagne de l’Ouest (29%) [4]

[4]χ 2 (1, N = 82) = 7,88, p < 0,01. (...) Des récits recueillis en Chine (Zhi-ying & Jian-xun, 1992), à Hawaï (Kellehear, 2001), au Chili (Gomez-Jeria, 1993) et au Tibet (Carr, 1993) présentent également des différences avec les récits occidentaux et appuient ainsi l’hypothèse selon laquelle les croyances issues de la culture locale influencent l’EMI. Selon Augustine (2007), les expériences de mort imminente seraient influencées par les attentes des individus concernant la mort et la vie après la mort, celles-ci étant le plus souvent fortement liées à la culture et notamment à la religion.

. »
Auteur anonyme, « L’Expérience de mort imminente (EMI) : une synthèse de la littérature », Revue L'année psychologique, 01/2017.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-argumentsSous-arguments [ modifier ]

Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.

ObjectionsObjections [ modifier ]

ObjectionsLes EMI possèdent une structure sous-jacente stable au-delà des cultures et des milieux

Plusieurs auteurs considèrent que les différences observées entre les cultures sont superficielles et reflètent des différences dans l’interprétation d’un même phénomène. Des recherches menées notamment en Iran (Fracasso, Aleyasin, Friedman & Young 2010) et en Israël (Abramovitch, 1988) concluent ainsi à la similarité des récits à travers les cultures. Les EMI auraient une structure stable, et ce serait leur "habillage" qui diffère selon les cultures.
« En conclusion de ses réflexions sur les EMI occidentales et tibétaines, Ring (1993 : 223-229) se montre plus nuancé. Il formule, d’une part, que la tradition religieuse colore l’expérience vécue et l’interprétation qu’en font les expérienceurs et, d’autre part, que sa structure (i.e., il propose les cinq étapes suivantes : 1) sensation de bien-être et disparition de la douleur, 2) dé-corporation, 3) entrée dans l’obscurité/tunnel, 4) vision d’une lumière et 5) entrée dans la lumière) demeure similaire quelle que soit la culture d’origine de l’expérienceur. »
S.Laureys, Helena Cassol, Charlotte Martial, « Les expériences de mort imminente », MethIS, 2019.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS
Aucune objection n'a été entrée pour le moment.

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références bibliographiquesRéférences [ modifier ]

Aucune référence n'a été entrée pour le moment.