A l'automne 1978 le nombre de Boat People viet-namiens vers l'occident reste très inférieur à celui croissant des réfugiés khmers au Viet-nam

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« Un dernier exemple : les 3 ou 400. 000 Khmers qui, de 1975 à 1978, ont trouvé leur salut dans la fuite vers le Viet-Nam. Le Figaro du 2 novembre 1978 notait même que "paradoxalement, le pays qui abrite le plus de réfugiés est le Viet Nam, où 350. 000 personnes se sont installées, fuyant le Cambodge". Il a fallu recevoir, loger, nourrir, soigner, éduquer ces personnes.Le H.C.R. (Haut Commissariat aux Réfugiés) a fourni pour cela une aide. Mais, pour l'essentiel, qui en a supporté la charge, sinon l'économie vietnamienne ? »
Alain Ruscio, Vivre au Viet-Nam, p.117, Chapitre 2 : le sud, victoire (s) et problèmes(s) Les réfugiés : un drame et son exploitation / Ils fuient le sous-développement, Editions Sociales / Notre Temps / Monde, Paris, 1981.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]