Faut-il débattre avec l'ennemi ?

De Wikidébats
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ce débat est en construction
Les débats en construction sont les débats qui contiennent au moins :
  • un plan cohérent ;
  • les arguments « pour » et « contre » les plus connus ;
  • un début de rédaction.
À la différence des débats construits, il peut manquer : des arguments, sous-arguments, contre-arguments, une introduction aboutie, une bibliographie, une sitographie ou une vidéographie adéquate.
. Des arguments manquent ou ne sont pas rédigés. L’introduction et la bibliographie demandent à être améliorées.
N'hésitez pas à les compléter.
Mots-clés : Débat, Ennemi[ modifier ].

Pour comprendre le débatPour comprendre le débat [ modifier ]

IntroductionComment penser contre soi-même ?

Debat-sensible.svgCette partie n'est pas neutre
Elle favorise l'un des deux camps (POUR ou CONTRE) au détriment de l'autre. L'introduction ne doit pas prendre parti, mais simplement donner les éléments utiles à la compréhension du débat.
Pour découvrir la réalité, il nous faut englober une multitude d'approches, de disciplines, de points de vue. Nous devons aussi nous confronter à des idées et à des faits qui nous dérangent. Nous devons faire notre ce qu'Edwy Plenel a excellement défini comme "Penser contre soi-même" dans ce texte :

"(...) on ne saurait hiérarchiser l’actualité en fonction de nos propres préjugés : il nous faut accepter de traiter ce qui nous dérange, nous bouscule ou nous choque, ne pas déformer ou omettre des faits selon nos intimes convictions, (...) penser contre soi- même, ce qui signifie : se méfier de ses préjugés, faire droit au contradictoire, accepter les critiques, varier les approches, multiplier les curiosités, s’intéresser à ce qui a priori nous serait le plus étrange ou le plus étranger. (...)

Humilité, c’est-à-dire refus de l’arrogance, de la prétention et du mépris. (...) Accepter, quotidiennement, l’épreuve des faits, c’est admettre que ceux-ci ne sont pas d’emblée réductibles à une seule et unique grille d’explication (...)

il combat toute tendance à l’autarcie (...) Pluralité, c’est-à-dire refus de l’uniformité, du sectarisme et du suivisme. Un journaliste du Monde doit toujours rechercher les points de vue contraires et opposés, fussent-ils minoritaires. Il veille à un équilibre honnête dans la couverture des opinions politiques et intellectuelles, de façon que le lecteur puisse les confronter, comparer et choisir afin de se forger librement ses propres convictions.

https://www.acrimed.org/Edwy-Plenel-Penser-contre-soi-meme

Dans une telle démarche d'honnêteté intellectuelle, si on la pousse à ses conséquences ultimes, il va falloir aller à la rencontre de ses adversaires (principe de pluralité) et même de ceux que l'on considère comme ses ennemis. Mais à ce stade, même si on d'accord pour élargir son champ de recherche, il est difficile d'admettre la démarche de la curiosité active vis-à-vis de ceux que nous réprouvons et combattons.

Il y a donc conflit entre deux positions : d'un côté, l'honnêteté et l'ouverture d'esprit commande de débattre avec ses ennemis ; d'un autre côté, au nom de la morale, ou de craintes légitimes d'être contaminé ou intoxiqué par leurs idées extrêmes ou criminelles, on refuse de leur faire ce cadeau.

Quels sont les avantages et les inconvénients de ces deux positions ? Doit-on débattre même avec ses ennemis ?

Carte des argumentsCarte des arguments

POUR

Argument POURIl est important de chercher à convaincre ses adversaires, même les pires
Argument POURDébattre avec l'ennemi est la meilleure façon de lutter contre ses idées
Argument POURDébattre avec l'ennemi nous permet de progresser
Argument POURDébattre avec ses ennemis est une obligation éthique, inverse de la discrimination
Argument POURDébattre avec l'ennemi permet de prévenir la violence
Argument POUROn doit débattre avec ses ennemis dans des conditions appropriées
Argument POURPour contrer l'ennemi, il faut le connaître

CONTRE

Argument CONTREDébattre avec l'ennemi, c'est reconnaître la légitimité de ses arguments
Argument CONTREDébattre avec l'ennemi, c'est participer à la diffusion de ses idées
Argument CONTREDébattre avec l'ennemi ne mène à rien
Argument CONTREOn peut débattre avec ses adversaires, mais pas avec ses ennemis
Argument CONTREIl y a de meilleures façons de lutter contre ses ennemis

AutotestTestez-vous

Êtes-vous plutôt POUR ou CONTRE ? Faites un autotest !

Vous pouvez parcourir le contenu de ce débat en répondant, pour chaque argument, à deux questions :

  1. Cet argument est-il bien fondé ?
  2. Cet argument est-il important pour vous ?

Vous obtiendrez votre pourcentage de POUR ou CONTRE et une analyse de votre opinion.

Durée totale : environ 7 minutes

En cas d'interruption, vous pourrez reprendre le test où vous l'avez laissé.

Arguments POURArguments POUR [ modifier ]

Argument POURIl est important de chercher à convaincre ses adversaires, même les pires

Argument POURDébattre avec l'ennemi est la meilleure façon de lutter contre ses idées

Argument POURDébattre avec l'ennemi nous permet de progresser

Argument POURDébattre avec ses ennemis est une obligation éthique, inverse de la discrimination

Argument POURDébattre avec l'ennemi permet de prévenir la violence

Argument POUROn doit débattre avec ses ennemis dans des conditions appropriées

Argument POURPour contrer l'ennemi, il faut le connaître

Arguments CONTREArguments CONTRE [ modifier ]

Argument CONTREDébattre avec l'ennemi, c'est reconnaître la légitimité de ses arguments

Argument CONTREDébattre avec l'ennemi, c'est participer à la diffusion de ses idées

Argument CONTREDébattre avec l'ennemi ne mène à rien

Argument CONTREOn peut débattre avec ses adversaires, mais pas avec ses ennemis

Argument CONTREIl y a de meilleures façons de lutter contre ses ennemis

Pour aller plus loinPour aller plus loin

BibliographieBibliographie

  • Alain Brossat, Peut on parler avec l'ennemi ?, Noir et rouge, 2014.

SitographieSitographie

VidégraphieVidéographie

Débats connexesDébats connexes [ modifier ]