Pour ou contre le communisme ?

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Sommaire

Pour comprendre le débat

[ + Ajouter un lien ] vers une page Wikipédia utile pour compléter cette introduction.

Carte des arguments

POUR
CONTRE

Le capitalisme est condamné
Le communisme répond aux besoins de la population
Le communisme est une société sans exploitation
Le communisme est un monde sans guerre ni violence
Le communisme est un monde sans frontières
Le communisme fonctionne à une échelle locale et décentralisée
Le communisme est la défense du bien commun : l'eau, l'air, la terre, le logement, la planète...
Le communisme généralisera l'accès au savoir
Il n'y a pas un communisme, mais plusieurs

Le communisme est dangereux
Le communisme est impossible
Le communisme est une catastrophe économique
Le communisme est inefficace
Le communisme n'est pas nécessaire
Tous les pays ayant tenté d'appliquer le communisme sont devenus des dictatures
Le communisme est fondé sur un ensemble de théories fausses ou biaisées
Le communisme diabolise certains groupes sociaux ce qui le conduit toujours à la barbarie

Situez-vous dans le débat

Êtes-vous plutôt POUR ou plutôt CONTRE ? Ou êtes-vous indécis ?

Vous pouvez parcourir le contenu de ce débat en répondant, pour chaque argument, à deux questions :

  1. Cet argument est-il bien fondé ?
  2. Cet argument est-il important selon vous ?

Durée approximative : 17 minutes

Arguments POUR [ modifier ]

Le capitalisme est condamné

Page détaillée
Le capitalisme est condamné
Aucun résumé n'a été entré.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

Le capitalisme conduit à la barbarie

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le capitalisme va s'effrondrer

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le mode de vie capitaliste n'est pas généralisable à tous les habitants de la planète

Page détaillée
Le mode de vie capitaliste n'est pas généralisable à tous les habitants de la planète
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Le communisme non-plus
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le capitalisme est indéfendable

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le capitalisme est trop puissant

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Cela fait plusieurs décennies que l'on annonce l'effondrement du capitalisme

Page détaillée
Cela fait plusieurs décennies que l'on annonce l'effondrement du capitalisme
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. L'effondrement a déjà commencé
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le capitalisme évolue et s transforme pour surmonter ses crises

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le capitalisme provoque l'enrichissement progressif de la majorité

Page détaillée
Le capitalisme provoque l'enrichissement progressif de la majorité
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Il y a de plus en plus de pauvres
Les riches sont de plus en plus minoritaires
Le fossé entre riches et pauvres s'élargit sans cesse
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments
« La preuve la plus évidente de l’incapacité des différents mouvements communistes à simplement décrire la réalité est l’adoption de la thèse selon laquelle les capitalistes, propriétaires des biens de production, auraient la possibilité d’absorber à leur profit l’ensemble des gains de productivité de l’économie et de maintenir ainsi le niveau de vie des ouvriers à la limite de ce qui est nécessaire à leur survie.

Dès le XIXème siècle, les libéraux avaient prévu que l’aisance matérielle du plus grand nombre progresserait avec les gains de productivité. A l’époque, le pronostic communiste pouvait encore paraitre vraisemblable. Les évidences issues du développement des sociétés modernes, l’augmentation très rapide du salaire réel (le niveau de vie) dans de nombreux pays asiatiques ont montré que ce n’était pas le cas.

Pourtant, ces phénomènes correspondant à un effet naturel du développement du capitalisme, parfaitement indépendants de toute « loi sociale » ou politique de « redistribution des richesses » ne les ont pas conduits à renoncer à des croyances économiques dépassées. »
Hadrien Gournay, « Pourquoi Marx est responsable des crimes du marxisme », Contrepoints, 22/06/2011.

Le communisme répond aux besoins de la population

Page détaillée
Le communisme répond aux besoins de la population
Aucun résumé n'a été entré.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

La planification est démocratique

Page détaillée
La planification est démocratique
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme apporte la santé à tous

Page détaillée
Le communisme apporte la santé à tous
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments
« Mais un troisième fléau (après le manque de blé et de combustible) s'abat encore sur nous. Et ici, camarades, il est impossible de se figurer les horreurs : les poux, le typhus exanthématique qui décime nos troupes ; alors que la population est affaiblie, à bout de force, privée de ressources matérielles, toute existence toute vie sociale disparaît. Et nous disons : Camarades portez là toute votre attention ; Ou bien, les poux triompheront du socialisme, ou bien le socialisme triomphera des poux. Et sur ce plan, camarades, (...) nous commençons à obtenir de bons résultats. »
Lénine, « VII ème congrès des Soviets de Russie 5-9 décembre 1919 », oeuvres de Lénine tome 30 septembre 1919-avril 1920, p.232, 5 décembre 1919, Editions sociales, Paris, 1964.
Voir plus...
« En voyageant en Asie centrale et ailleurs, j'ai été frappé en constatant que le niveau général de la santé est une des réussites les plus spectaculaires du régime en un demi-siècle, depuis que Lénine a déclaré : "les poux vaincront le socialisme si le socialisme ne vainc pas les poux". Les épidémies ont été considérablement jugulées. La mortalité infantile s'approche du niveau des quinze pays les plus avancés. L'espérance de vie atteint 70 ans. »
Hedrick Smith, Les Russes. La vie de tous les jours en Union Soviétique, p.85, Première partie Le peuple ; chap. 2 les consommateurs, Pierre Belfond, Paris, 1976 (1975).

Le régime soviétique a protégé les enfants

Page détaillée
Le régime soviétique a protégé les enfants
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments
« A Moscou, comme dans les autres villes soviétiques que j'ai pu visiter j'ai vu les grand privilégiés du régime : les enfants. J'ai pu apprécier les soins extraordinaires qui entourent leur croissance et les premières années de leur vie. (...) Ma première visite chez les enfants soviétiques eut lieu dans une crèche d'un quartier ouvrier, sur la périphérie de la capitale. Ce n'était pas une "crèche modèle" que le ministère des affaires étrangères me fit visiter en compagnie de mon guide Popov. Non c'était une crèche tout à fait moyenne, normale, comme il y en a des dizaines à Moscou. La maison qu'elle occupe fut construite il y a une vingtaine d'années. Les petits qui s'y trouvaient étaient, pour la plupart, des enfants d'ouvrières d'une grande usine de textiles des environs. »
Michel Gordey, Visa pour Moscou, p.281, Sixième partie Enfance et jeunesse chapitre XXIX les favoris du régimes, Gallimard L'air du temps (collection dirigée par Pierre Lazareff)-, Paris, 1951.

Beaucoup de droits humains existent grâce à des mouvements communistes

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

La planification ne répond pas aux besoins de la population

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous Staline en URSS, des millions de gens mouraient de faim

Page détaillée
Sous Staline en URSS, des millions de gens mouraient de faim
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Cette famine n'a pas été génocidaire du fait qu'elle a frappé ponctuellement pour causes météorologiques toutes les régions de l'URSS
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments
On pense à la famine en Ukraine dans les années 1930 qui aurait pris l'ampleur d'un génocide, comme le montre le récent film, l'ombre de Staline, salué à la quasi-unanimité par la critique, y compris par la presse marxiste, comme le montre la critique infra des Cahiers d'Histoire
« Cette famine artificielle, considérée en Ukraine comme un génocide, est la conséquence de la politique menée par le pouvoir soviétique dans le but de réorganiser l’agriculture au profit de l’État, doublée de la dimension nationale propre à l’Ukraine. Préparée par un discours public haineux et déshumanisant, accompagnée de violences (agressions, déportations), la confiscation de toute nourriture dans les campagnes, avec le blocus des villages, aboutit à la famine entre l’automne 1932 et le printemps 1933. Il y a eu, selon Nicolas Werth, plus de 3 millions de morts en 7 mois (janvier-juillet 1933), soit environ 15 000 morts par jour. »
Iryna Dmytrychyn, « L'ombre de Staline d'Agnetska Holland un film accusateur 141 minutes Un film accusateur sur la famine des années 1930 en Ukraine », Cahiers d'Histoire N° 147, Un certain regard, Paris, 2020.

En régime communiste, les statistiques sont souvent faussées et c'est le règne des "villages Potemkine"

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme est une société sans exploitation

Page détaillée
Le communisme est une société sans exploitation
Aucun résumé n'a été entré.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

Le communisme est une société sans classes

Page détaillée
Le communisme est une société sans classes
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments
« Quand les comparaisons du niveau de vie sont faites à l'échelle internationale, les auteurs soviétiques (...) évoquent avec fierté les réalisations dans la répartition quasi-égalitaire de la richesse et la faible disparité dans celle des revenus. Cela vient d'être confirmé par l'excellente étude de la Banque Mondiale, Redistribution with Growth (Oxford University Press 1974). C'est dans les pays socialistes où l'inégalité globale de la répartition du revenu est la plus faible : le pourcentage moyen du revenu de la tranche de 40 % la plus pauvre de la population représente environ 25 % du revenu national contre 16 % et 10% respectivement dans les pays industrialisés et les pays en voie de dévelopement. »
Jovan Pavleski, Le niveau de vie en URSS ; de la révolution d'octobre à 1980, p.169, Conclusion, Economica, Paris, 1975.
Voir plus...
« Les auteurs socialistes insistent également sur les succès remportés dans le domaine de l'éducation, dans ceux de la santé, de la culture, la protection de la mère et de l'enfant etc. Il est évident que les progrès réalisés dans ces secteurs sont considérables et sont sans comparaison commune avec ceux observés dans le reste du monde, contribuant grandement à la satisfaction des besoins de la population. »
Jovan Pavleski, Le niveau de vie en URSS ; de la révolution d'octobre à 1980, p.169, Conclusion, Economica, Paris, 1975.

Le communisme produit une nomenklatura exploiteuse du peuple

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme est un monde sans guerre ni violence

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme est un monde sans frontières

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme généralisera l'accès au savoir

Page détaillée
Le communisme généralisera l'accès au savoir
Aucun résumé n'a été entré.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

Le communisme a favorisé l'accès à la culture pour tous

Aucun résumé ni citation n'a été entré.
Il n'y a aucune objection pour le moment.

Le communisme fonctionne à une échelle locale et décentralisée

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Il n'y a pas un communisme, mais plusieurs

Page détaillée
Il n'y a pas un communisme, mais plusieurs
Aucun résumé n'a été entré.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

Les critiques anticommunistes ne critiquent en réalité que le bolchevisme

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Il y a nombreuses formes de communisme

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le problème, c'est que le communisme implique toujours la violence

« Au reste, il fallait d'abord qu'ils sachent ce qu'est véritablement le communisme. (Depuis des années, ces chiens s'appelaient communistes, et ils n'étaient devenus récalcitrants que sous l'aiguillon de Grün et d'Eisermann qui, pour leur part, s'étaient infiltrés parmi eux en prétextant le communisme [2] !) Il va de soi que, devant tant d'ignorance, je ne me laissai pas prendre à leur aimable demande d'explication en deux ou trois mots du Communisme. Je leur fournis une définition extrêmement simple qui allait tout juste aussi loin que les points en litige dans la discussion. Je présentai la communauté de biens de sorte qu'elle exclue tout pacifisme, mièvrerie et égards vis-à-vis des bourgeois, voire des artisans, et de la société par actions [3] à la Proudhon qui sauvegarde la propriété individuelle, en évitant par ailleurs tout ce qui eût pu donner matière à digression ou détourner du vote proposé. Je définis comme suit les buts des communistes : l. Faire prévaloir les intérêts des prolétaires en les opposant à ceux des bourgeois ; 2. Atteindre cet objectif en supprimant la propriété privée et en lui substituant la communauté des biens ; pour ce faire, n'admettre d'autres moyens que ceux de la révolution violente et démocratique. »

Le seul communisme réel et réalisé l'a quasi toujours été sous une forme autoritaire et violente

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Il faut discuter à partir du réel, à savoir les régimes communistes et non un communisme rêvé

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Seul le marxisme-léninisme a été un communisme scientifique appliqué à grande échelle

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme théorique a des points communs avec le marxisme-léninisme qui ne sont qu'une de ses variantes

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Les communismes non bolchéviques ont perdu la bataille à l'intérieur du communsme et restent maginaux

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme est la défense du bien commun : l'eau, l'air, la terre, le logement, la planète...

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

[ ± Ajouter ou retirer un argument ]

Arguments CONTRE [ modifier ]

Le communisme est dangereux

Page détaillée
Le communisme est dangereux
Aucun résumé n'a été entré.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

Le communisme est un régime criminel

« Un premier bilan global de ces crimes peut être dressé :
  • fusillade de dizaines de milliers d’otages ou de personnes emprisonnées sans jugement et massacre de centaines de milliers d’ouvriers et de paysans révoltés entre 1918 et 1922 ;
  • famine de 1922 provoquant la mort de cinq millions de personnes ;
  • liquidation et déportation des Cosaques du Don en 1920 ;
  • assassinat de dizaines de milliers de personnes dans les camps de concentration entre 1918 et 1930 ;
  • liquidation de près de 690 000 personnes lors de la Grande Purge de 1937-1938 ;
  • déportation de deux millions de koulaks (ou prétendus tels) en 1930-1932 ;
  • destruction par la famine provoquée et non secourue de six millions d’Ukrainiens en 1932-1933 ;
  • déportation de centaines de milliers de Polonais, d’Ukrainiens, de Baltes, de Moldaves et de Bessarabiens en 1939-1941, puis en 1944-1945 ;
  • déportation des Allemands de la Volga en 1941 ;
  • déportation-abandon des Tatars de Crimée en 1943 ;
  • déportation-abandon des Tchétchènes en 1944 ;
  • déportation-abandon des Ingouches en 1944 ;
  • déportation-liquidation des populations urbaines du Cambodge entre 1975 et 1978 ;
  • lente destruction des Tibétains par les Chinois depuis 1950, etc.
On n’en finirait pas d’énumérer les crimes du léninisme et du stalinisme, souvent reproduits quasiment à l’identique par les régimes de Mao Zedong, Kim Il Sung, Pol Pot. »
Stéphane Courtois, Le livre noir du communisme, Robert Laffont, Paris, 1997.

Le communisme est liberticide

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme est antidémocratique

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme est un régime de terreur

Un régime répressif ; ne règne que par la force

Une révolution est violente
« Les archives et les témoignages abondants montrent que la terreur a été dès l’origine l’une des dimensions fondamentales du communisme moderne. Abandonnons l’idée que telle fusillade d’otages, tel massacre d’ouvriers révoltés, telle hécatombe de paysans morts de faim, n’ont été que des « accidents » conjoncturels, propres à tel pays ou à telle époque. Notre démarche dépasse chaque terrain spécifique et considère la dimension criminelle comme l’une des dimensions propres à l’ensemble du système communiste, durant toute sa période d’existence. »
Stéphane Courtois, Le livre noir du communisme, Robert Laffont, Paris, 1997.

Le communisme est une idéologie totalitaire

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme se moque de l'écologie

Le communisme se moque de l'art

Page détaillée
Le communisme se moque de l'art
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments
« De quoi allons-nous parler, de quels crimes ? Le communisme en a commis d’innombrables : crimes contre l’esprit d’abord, mais aussi crimes contre la culture universelle et contre les cultures nationales. Staline a fait démolir des centaines d’églises à Moscou ; Ceaucescu a détruit le cœur historique de Bucarest pour y édifier des bâtiments et y tracer des perspectives mégalomaniaques ; Pol Pot a fait démonter pierre par pierre la cathédrale de Phnom Penh et abandonné à la jungle les temples d’Angkor ; pendant la Révolution culturelle maoïste, des trésors inestimables ont été brisés ou brûlés par les Gardes rouges. »
Stéphane Courtois, Le livre noir du communisme, Robert Laffont, Paris, 1997.

Le communisme est une imposture

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Ces critiques sont aussi applicables au capitalisme

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Ces critiques ne s'appliquent pas à tous les communismes

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme est impossible

Page détaillée
Le communisme est impossible
Aucun résumé n'a été entré.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

L'égalité absolue n'existe pas

Page détaillée
L'égalité absolue n'existe pas
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. L'égalité des revenus ne fait pas partie du projet communiste
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

On ne peut pas inventer un homme nouveau

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme va contre la nature humaine

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme contredit les libertés individuelles

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

La révolution mondiale est irréalisable

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Plus personne ne croit aujourd'hui au communisme

Page détaillée
Plus personne ne croit aujourd'hui au communisme
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Des mouvements d'inspiration communiste gagnent en puissance dans certains pays (exemple: le PTB en Belgique)
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le capitalisme est trop puissant

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme est une utopie

Il n'existe pas de paradis sur terre

Aucune expérience communiste n'a jamais marché

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le développement capitaliste conduit à la socialisation de la production

Page détaillée
Le développement capitaliste conduit à la socialisation de la production
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments
« Le capitalisme arrivé à son stade impérialiste conduit aux portes de la socialisation intégrale de la production ; il entraîne en quelque sorte les capitalistes, en dépit de leur volonté et sans qu’ils en aient conscience, vers un nouvel ordre social, intermédiaire entre l’entière liberté de la concurrence et la socialisation intégrale. »
Voir plus...
« Quand une grosse entreprise devient une entreprise géante et qu'elle organise méthodiquement, en tenant un compte exact d'une foule de renseignements, l'acheminement des deux tiers ou des trois quarts des matières premières de base nécessaires à des dizaines de millions d'hommes ; quand elle organise systématiquement le transport de ces matières premières jusqu'aux lieux de production les mieux appropriés, qui se trouvent parfois à des centaines et des milliers de verstes ; quand un centre unique a la haute main sur toutes les phases successives du traitement des matières premières, jusque et y compris la fabrication de toute une série de variétés de produits finis ; quand la répartition de ces produits se fait d'après un plan unique parmi des dizaines et des centaines de millions de consommateurs (vente du pétrole en Amérique et en Allemagne par la « Standard Oil » américaine), alors, il devient évident que nous sommes en présence d'une socialisation de la production. »

Le communisme est une catastrophe économique

Page détaillée
Le communisme est une catastrophe économique
Aucun résumé n'a été entré.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

La planification ne répond pas aux besoins de la population

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme n'offre pas d'incitation au travail

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme a presque toujours entraîné la ruine des pays où il a été appliqué

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le capitalisme a aussi provoqué des crises à répétition

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme est inefficace

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme n'est pas nécessaire

Page détaillée
Le communisme n'est pas nécessaire
Aucun résumé n'a été entré.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

Des changements graduels et non violents sont possibles

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le capitalisme est un bon système socio-économique

Page détaillée
Le capitalisme est un bon système socio-économique
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Le capitalisme provoque des crises socio-économiques à répétition
Le capitalisme est un système criminel
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Face au capitalisme, il existe des alternatives autres que le communisme

Page détaillée
Face au capitalisme, il existe des alternatives autres que le communisme
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments
Il a existé toute une gamme d'utopies socialistes avant ou pendant Marx, qui peuvent être redécouvertes et proposent des systèmes anarchistes, décentralisé, autogérés, qui pourraient un jour remplacer le capitalisme. C'est l'idée qui revient des écovillages et écocités, du localisme, voire de la décroissance. L'écologie en général représente un bon candidat non marxiste et non violent qui pourrait supplanter à terme le modèle capitaliste défaillant.
Il n'y a aucune objection pour le moment.

Tous les pays ayant tenté d'appliquer le communisme sont devenus des dictatures

Page détaillée
Tous les pays ayant tenté d'appliquer le communisme sont devenus des dictatures
Aucun résumé n'a été entré.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

Le bilan criminel du communisme est tel qu'il le disqualifie

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme a mis en oeuvre le Goulag et le Laogaï

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme a permis le génocide khmer

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme a institué la torture

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme réel est comparable au nazisme

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme a institué un système de surveillance et de délation généralisée

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Les gens fuyaient le communisme pour rejoindre les pays capitalistes

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme réprime les minorités

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme réprime les dissidents souvent de gauche

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Le communisme réel soutenait des dictateurs en Asie et en Afrique

Aucun résumé ni citation n'a été entré.
Il n'y a aucune objection pour le moment.

Le communisme est fondé sur un ensemble de théories fausses ou biaisées

Page détaillée
Le communisme est fondé sur un ensemble de théories fausses ou biaisées
Aucun résumé n'a été entré.

Références

  • Karl Popper, La quête inachevée (Autobiographie intellectuelle), Pocket, 1989.  
  • Arthur Koestler, Oeuvres autobiographiques, Robert Laffont, 1994.  
  • Edgar Morin, Pour entrer dans le XXIe siècle, Le Seuil, 2004.  
  • Jean Birnbaum, Un silence religieux : la gauche face au djihadisme, Le Seuil, 2017.  
    [ modifier ] Remonter à la carte des arguments

    Les théories communistes sont antiscientifiques

    Aucun résumé ni citation n'a été entré.

    Le communisme est une foi religieuse sécularisée

    Comme dans la Bible où il est dit qu'à la fin des temps, le lion et l'agneau se retrouveront en paix, le communisme dresse une image idyllique d'un temps à venir jamais réalisé sur terre. Il a ses dogmes, ses fidèles, ses clercs, sa casuistique. Le communisme naît lorsque les religions déclinent et il tend à reprendre leurs structures internes, avec un habillage non religieux qui ne trompe guère. Ses croyants refusent d'ailleurs les preuves qui vont contre leur idéologie comme des fanatiques religieux, et excommunient les hérétiques, mettent en place une inquisition et ainsi de suite.
    « Les grandes mythologies élaborées en Occident depuis l'aube du XIXe siècle ne sont pas simplement des efforts pour combler le vide laissé par la décomposition de la théologie et du dogme chrétien. Elles sont elles-mêmes une sorte de théologie de substitution. Ce sont des systèmes de croyances (...) qui par leur structure, leurs aspirations et ce qu'elles attendent des croyants sont profondément religieux (...). Comme une bonne partie de l'art, de la musique et de la littérature romantiques, le marxisme traduit la doctrine théologique de la chute de l'homme, du péché originel et de l'ultime rédemption en termes économiques et sociaux. Marx lui-même suggère l'identification de son rôle à celui de Prométhée. »
    George Steiner, Nostalgie de l'absolu, p.11-14, 10/18, 2003.

    Le marxisme s'est trompé dans ses prévisions sur l'Histoire

    Page détaillée
    Le marxisme s'est trompé dans ses prévisions sur l'Histoire
    SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
    Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
    [ modifier ] Remonter à la carte des arguments
    Karl Marx s'est trompé sur un point essentiel : la révolution socialiste ne s'est pas imposée au XXème siècle dans les pays industrialisés développés, par ailleurs états de droit, mais presque toujours (Allemagne de l'Est et Tchécoslovaquie firent exception) dans les pays agricoles en voie de développement où l'analphabétisme dépassait 50 % . Et de surcroît leur tradition démocratique était inexistante.

    Le communisme s'appuie sur le matérialisme qui est faux et ignore une partie des aspirations fondamentales de l'être humain

    Aucun résumé ni citation n'a été entré.

    Cet argument confond le communisme au sens large et le marxisme-léninisme

    Aucun résumé ni citation n'a été entré.

    Le communisme diabolise certains groupes sociaux ce qui le conduit toujours à la barbarie

    Page détaillée
    Le communisme diabolise certains groupes sociaux ce qui le conduit toujours à la barbarie
    Aucun résumé n'a été entré.
    [ modifier ] Remonter à la carte des arguments

    Le communisme attribue toujours à ses opposants des motivations abjectes

    Aucun résumé ni citation n'a été entré.

    Le communisme attaque tous les possédants de façon violente, déjà en paroles puis en actes

    Aucun résumé ni citation n'a été entré.

    Le communisme caricature les bourgeois et les libéraux

    Aucun résumé ni citation n'a été entré.

    Historiquement, le communisme insultait ou attaquait les autres partis de gauche, socialistes, anarchistes, "utopistes" etc.

    Aucun résumé ni citation n'a été entré.

    Marx était un polémiste redoutable qui vouait aux gémonies nombre de tendances de gauche, accusées d'être "antiscientifiques" ou "petites-bourgeoises"

    Aucun résumé ni citation n'a été entré.

    Le communisme est toujours sectaire et intolérant

    Aucun résumé ni citation n'a été entré.

    Le communisme croit que le Mal est en l'autre (le méchant dominant), au lieu de voir qu'il existe en chacun de nous

    Aucun résumé ni citation n'a été entré.
    Il n'y a aucune objection pour le moment.

    [ ± Ajouter ou retirer un argument ]

    Pour aller plus loin

    Bibliographie [ modifier ]

    Plutôt POUR [ modifier ]

    Aucune référence bibliographique POUR n'a été entrée pour le moment.

    Plutôt CONTRE [ modifier ]

    • Karl Popper, La quête inachevée (Autobiographie intellectuelle), Pocket, 1989.
    • Jean Birnbaum, Un silence religieux : la gauche face au djihadisme, Le Seuil, 2017.
    • Arthur Koestler, Oeuvres autobiographiques, Robert Laffont, 1994.

    Ni POUR ni CONTRE [ modifier ]

    • Edgar Morin, Pour entrer dans le XXIe siècle, Le Seuil, 2004.  

    Sitographie [ modifier ]

    Plutôt POUR [ modifier ]

    Aucune référence sitographique POUR n'a été entrée pour le moment.

    Plutôt CONTRE [ modifier ]

    Aucune référence sitographique CONTRE n'a été entrée pour le moment.

    Ni POUR ni CONTRE [ modifier ]

    Aucune référence sitographique ni POUR ni CONTRE n'a été entrée pour le moment.

    Vidéographie [ modifier ]

    Ni POUR ni CONTRE [ modifier ]

    Aucune référence vidéographique ni POUR ni CONTRE n'a été entrée pour le moment.

    Débats connexes [ modifier ]

    [ ± Ajouter ou retirer un débat connexe ]