Il existe des interventions divines

De Wikidébats
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
[ renommer ][ Modifier les bandeaux d'avertissement de l'argument ]
Mots-clés : Dieu, Miracles, Expériences mystiques, Providence divine, Révélation divine [ modifier ]

Résumé de l'argumentRésumé de l'argument [ modifier ]

Aucun résumé n'a été entré pour le moment.

CitationsCitations [ modifier ]

Aucune citation n'a été entrée pour le moment.

Sous-argumentsSous-arguments [ modifier ]

Sous-argumentLes miracles

La question des miracles n'est pas reléguée dans un lointain passé, préhistoire de la pensée rationnelle. Aujourd'hui encore, certains philosophes dans le champ analytique en débattent ; un organisme comme le Bureau Médical de Lourdes, regroupant médecins catholiques et incroyants, examine des dossiers factuels de personnes guéries de façon difficilement explicable à Lourdes. L'histoire récente comporte aussi des témoignages sur des personnes qui auraient vécu "sans manger" durant des décennies (par exemple Thérèse Neuman). Les cas de témoignages de phénomènes inexpliqués ont abondés autour du Padre Pio en Italie. Il est donc important de savoir s'il y a des "miracles", qui attesteraient par le fait de l'existence de Dieu.
« Un chapitre sur les miracles serait-il déplacé dans un livre qui invite à un réflexion rationnelle ? La question répugne en général aux intellectuels et aux scientifiques. Pourtant la question des miracles peut et doit être abordée rationnellement. Nous croyons tous, en effet, que l'Univers est logique, que tout y est explicable et qu'il est gouverné par des lois universelles et immuables. De ce fait, une violation solidement constatée de ces lois, sans aucune alternative possible, doit conduire un esprit rationnel à retenir l'explication la plus simple, à savoir l'existence d'un dieu tout-puissant, seul capable de réaliser un tel prodige. L'option qui consisterait à poser comme a priori l'impossibilité d'un miracle, parce qu'a priori Dieu n'existerait pas, n'est pas une option rationnelle. »
Michel-Yves Bolloré, Olivier Bonnassies, Dieu, la science, les preuves : l'aube d'une révolution, Guy Trédaniel, 2021.
Voir plus...
Voir les citations restantes dans la page détaillée de l'argument.
SOUS-ARGUMENTS [ modifier ]

Sous-argumentLa résurrection du Christ

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous-argumentLes lévitations attestées dans l'histoire

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous-argumentLes guérisons miraculeuses

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous-argumentLe miracle de Fatima

« Nous sommes le 13 octobre 1917 aux alentours de midi. Habituellement déserte, la Cova da Iria, prairie pauvre et reculée non loin du petit village de Fatima, situé à 160km au Nord de Lisbonne, est noire de monde. Soixante-dix mille personnes piétinent sur un sol détrempé par la pluie. Tous scrutent le ciel, dans l'attente du prodige annoncé depuis trois mois par trois enfants illettrés : Lucia, Jacintha et Francisco. (...) Commence alors devant un foule sidérée le prodige le plus spectaculaire, le plus grandiose et le plus stupéfiant qui se soit jamais produit depuis le temps biblique. Le soleil entame entame une danse effrénée et effrayante qui va durer plus de dix minutes. Un temps très long. De nombreuses photos photos (quelques unes sont sont présentées plus loin), montrent la foule en train de vivre cet événement qui sera décrit comme inouï et terrifiant. La portée de ce phénomène dépassera largement les limites du petit village de Fatima. Il y aura des répercussions du plan national tout d'abord, puisque la persécution religieuse religieuse va cesser au Portugal, tandis que la foi va s'y renouveler. Au plan international, des années plus tard et à des kilomètres de là, l'onde de choc de Fatima va se propager puissamment. »
Olivier Bonnassies, Michel-Yves Bolloré, Dieu, la science, les preuves : l'aube d'une révolution, p.449-450, Guy Trédaniel, 2021.

Sous-argumentLes bilocations

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous-argumentLes inédies

Aucun résumé ni citation n'a été entré.
OBJECTIONS [ modifier ]

ObjectionLes prétendus miracles reposent sur des témoignages qui ne sont pas fiables

Aucun résumé ni citation n'a été entré pour le moment.
Sous-débat
Le débat continue. Consultez la page détaillée
Les prétendus miracles reposent sur des témoignages qui ne sont pas fiables
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Objection Des milliers de personnes ont assisté au miracle de Fatima
de l'argument pour aller plus loin.

ObjectionLes prétendus miracles reposent sur des expériences frauduleuses

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

ObjectionLes prétendus miracles sont des illusions du cerveau humain

« Le cerveau humain fonctionne avec un programme de simulation de premier choix. Nos yeux ne donnent pas à notre cerveau une photo fidèle de ce qui existe, ou un film exact de ce qui se passe en temps réel. Le cerveau se construit un modèle sans cesse mis à jour : mis à jour par des pulsions qui bavardent le long du nerf optique, mais quand même construit. Les illusions optiques nous le rappellent bien. Une classe majeure d’illusions, dont le cube de Necker est un exemple, se produisent parce que les données sensorielles que reçoit le cerveau sont compatibles avec deux modèles alternatifs de la réalité. Le cerveau, n’ayant rien sur quoi se fonder pour choisir, alterne et nous ne cessons de basculer entre les deux modèles intérieurs. L’image que nous regardons semble, presque littéralement, s’inverser pour devenir autre chose. […] Il [notre cerveau] est tout à fait capable de construire des « visions » et des « apparitions » parfaitement véridiques. Pour un programme aussi sophistiqué, c’est un jeu d’enfant que de simuler un fantôme, un ange ou une Vierge Marie. Et c’est la même chose pour ce qu’on entend. Quand on entend un son, il n’est pas fidèlement transporté dans le nerf auditif et relayé dans le cerveau comme par une chaîne hi-fi haut de gamme. Comme pour la vision, le cerveau construit un modèle de son fondé sur des données nerveuses auditives continuellement mises à jour. »
Richard Dawkins, Pour en finir avec Dieu, Robert Laffont, Paris, 2008.

ObjectionLes miracles sont des phénomènes naturels rares mais expliquables par la science

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

ObjectionLes miracles sont des phénomènes paranormaux qui n'impliquent pas l'existence de Dieu

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

ObjectionLes arguments en faveur des miracles sont toujours plus improbables que les explications rationnelles

« Le test de la pythie de David Hume pour éprouver un miracle vient irrésistiblement à l’esprit : « Aucun témoignage ne suffit pour établir un miracle, sauf si le témoignage est de telle sorte que sa fausseté serait encore plus miraculeuse que le fait qu’il essaie d’établir. » Il peut paraître improbable que soixante-dix mille personnes aient pu se laisser tromper en même temps, ou s’entendre sur un mensonge de masse. Ou bien que ces données historiques – que soixante-dix mille personnes disent avoir vu danser le soleil – soient fausses. Ou encore qu’ils aient tous vu un mirage en même temps (on les avait convaincus de regarder le soleil, ce qui n’a pas dû être fameux pour leur vue). Mais la moindre de ces improbabilités apparentes est beaucoup plus probable que l’alternative, à savoir que la Terre a soudain été arrachée à son orbite et que le système solaire a été détruit, sans que personne en dehors de Fátima ne le remarque. Je veux dire que le Portugal n’est pas si isolé. »
Richard Dawkins, Pour en finir avec Dieu, Robert Laffont, Paris, 2008.

ObjectionLes prétendus miracles ont une explication rationnelle

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous-argumentLes expériences mystiques

En particulier :

  • Les conversions brusques
  • Les expériences unitives
  • Les visions de Dieu
« Tel était le malheureux enfant qui, le 25 décembre 1886, se rendit à Notre-Dame de Paris pour y suivre les offices de Noël. Je commençais alors à écrire et il me semblait que dans les cérémonies catholiques, considérées avec un dilettantisme supérieur, je trouverai un excitant approprié et la matière de quelques exercices décadents. C’est dans ces dispositions que, coudoyé et bousculé par la foule, j’assistai, avec un plaisir médiocre, à la grand-messe. Puis, n’ayant rien de mieux à faire, je revins aux vêpres. Les enfants de la maîtrise en robes blanches et les élèves du petit séminaire de saint Nicolas du Chardonnet qui les assistaient, étaient en train de chanter ce que je sus plus tard être la Magnificat. J’étais moi-même debout dans la foule, près du second pilier à l’entrée du chœur à droite du côté de la sacristie. Et c’est alors que se produisit l’événement qui domine toute ma vie. En un instant mon cœur fut touché et je crus. Je crus, d’une telle force d’adhésion, d’un tel soulèvement de tout mon être, d’une conviction si puissante, d’une telle certitude ne laissant place à aucune espèce de doute, que, depuis, tous les livres, tous les raisonnements, tous les hasards d’une vie agitée, n’ont pu ébranler ma foi, ni, à vrai dire, la toucher. J’avais eu tout à coup le sentiment déchirant de l’innocence, l’éternelle enfance de Dieu, une révélation ineffable. En essayant, comme je l’ai fait souvent, de reconstituer les minutes qui suivirent cet instant extraordinaire, je retrouve les éléments suivants qui, cependant, ne formaient qu’un seul éclair, une seule arme, dont la Providence divine se servait pour atteindre et s’ouvrir enfin le cœur d’un pauvre enfant désespéré : « Que les gens qui croient sont heureux ! Si c’était vrai, pourtant ? C’est vrai ! Dieu existe, Il est là. C’est quelqu’un, c’est un être aussi personnel que moi ! Il m’aime, Il m’appelle. » Les larmes et les sanglots étaient venus et le chant si tendre de l’Adeste ajoutait encore à mon émotion. »
Paul Claudel, Ma conversion, 1913.
Voir plus...
« Si le mysticisme est bien ce que nous venons de dire, il doit fournir le moyen d’aborder en quelque sorte expérimentalement le problème de l’existence et de la nature de Dieu. Nous ne voyons pas, d’ailleurs, comment la philosophie l’aborderait autrement. D’une manière générale, nous estimons qu’un objet qui existe est un objet qui est perçu ou qui pourrait l’être. Il est donc donné dans une expérience, réelle ou possible. »
Henri Bergson, Les deux sources de la morale et de la religion, 1932.
SOUS-ARGUMENTS [ modifier ]

Sous-argumentLes conversions brusques

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous-argumentLes expériences unitives

Aucun résumé ni citation n'a été entré pour le moment.
Sous-débat
Le débat continue. Consultez la page détaillée
Les expériences unitives
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Objection Le "sentiment océanique" est la reviviscence dans la conscience d'états d'unité et de complétude éprouvés par le foestus
de l'argument pour aller plus loin.

Sous-argumentLes visions de Dieu

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous-argumentLes visions de la Vierge ou du Christ

Aucun résumé ni citation n'a été entré pour le moment.
Sous-débat
Le débat continue. Consultez la page détaillée
Les visions de la Vierge ou du Christ
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Objection Ces visions sont conditionnées par la culture et le milieu
Objection Les visions du Christ ou de la Vierge sont des hallucinations plus ou moins pathologiques
de l'argument pour aller plus loin.

Sous-argumentLes véritables expériences mystiques sont semblables au-delà des cultures et des milieux sociaux

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous-argumentLes expériences mystiques font toucher une réalité invisible, elles sont intersubjectives et dépassent la simple subjectivité

Aucun résumé ni citation n'a été entré.
OBJECTIONS [ modifier ]

ObjectionLes prétendues expériences mystiques sont des histoires inventées de toutes pièces

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

ObjectionLes prétendues expériences mystiques sont des vécus subjectifs qui ne prouvent pas l'existence de Dieu

« Une expérience que tous ne partagent pas, qui n’est ni contrôlable ni réitérable par d’autres, n’en reste pas moins fragile. Comment savoir ce qu’elle vaut ? Plusieurs ont vu des fantômes, ou communiquent avec des esprits en faisant tourner des tables… Dois-je y croire ? Que la plupart soient de bonne foi, je n’en doute pas ; mais qu’est-ce que cela prouve ? L’hypocrisie est l’exception ; la crédulité, hélas, ne l’est pas. L’autosuggestion, dans ces domaines, est moins improbable qu’une intervention surnaturelle. »
André Comte-Sponville, L’esprit de l’athéisme, Albin Michel, 2006.
Voir plus...
Voir les citations restantes dans la page détaillée de l'argument.

ObjectionLes expériences dites mystiques sont dues à des troubles psychiques

« Vous dites que vous avez personnellement rencontré Dieu ? Eh bien, certains ont rencontré un éléphant rose, mais cela ne vous impressionne probablement pas. Peter Sutcliffe, l’éventreur du Yorkshire, a entendu distinctement la voix de Jésus qui lui disait de tuer des femmes, et on l’a enfermé à vie. George W. Bush dit que Dieu lui a dit d’envahir l’Irak (dommage que Dieu n’ait pas jugé bon de lui apprendre par une révélation qu’il n’y avait pas d’armes de destruction massive). Dans les asiles, les individus se prennent pour Napoléon ou pour Charlie Chaplin, ou bien ils croient que le monde entier conspire contre eux, ou encore qu’ils peuvent faire passer leurs pensées dans la tête des autres. Nous en sourions mais nous ne prenons pas au sérieux leurs croyances telles qu’elles leur ont été révélées profondément, essentiellement parce que peu de gens les partagent. Les expériences religieuses ne sont différentes qu’en ce que les gens qui les affirment sont nombreux. »
Richard Dawkins, Pour en finir avec Dieu, Robert Laffont, Paris, 2008.

ObjectionLes expériences mystiques n'arrivent qu'aux personnes de culture religieuse

« On pourrait objecter que seules les personnes religieuses connaissent des expériences religieuses. Ce n’est pas toujours le cas, mais il est vrai que ce sont, presque invariablement, des personnes qui ont déjà été familiarisées avec une tradition religieuse qui font des expériences religieuses – pour certains, l’expérience est d’ailleurs ce qui permet à la tradition de redevenir vivante pour eux. Mais cela peut difficilement être compté comme une objection : en effet, à moins de savoir ce qu’est l’objet x ou y, il y a peu de chances que nous fassions une expérience qui nous semble être une expérience de x ou y. Seul quelqu’un qui sait ce qu’est un téléphone peut dire qu’il pense avoir vu un téléphone. Vous pouvez apprendre ce qu’est un téléphone soit si quelqu’un vous en montre un, vous pouvez alors reconnaître le prochain que vous verrez ; soit si quelqu’un vous en a décrit un, auquel cas vous serez en mesure de la reconnaître quand vous en voyez un. Dans le cas d’une expérience religieuse (au sens où il semble à quelqu’un qu’il fait une expérience de Dieu), la manière dont nous apprenons à quoi ressemblerait une expérience de Dieu vient d’une tradition religieuse qui nous fait comprendre à quoi ressemble Dieu. […] la tradition et les récits de ceux qui disent avoir rencontré Dieu complète cette description formelle. Par ce moyen, nous commençons à comprendre à quoi ressemblerait une expérience de Dieu si nous en avions une ; et tout ce dont nous avons besoin, c’est d’en savoir assez pour reconnaître une telle expérience lorsque nous la refaisons – mais il ne serait pas possible de donner à l’avance la description complète d’une telle expérience, ni même d’ailleurs après l’avoir faite. Un récit célèbre met en scène quelqu’un qui n’a pas pu reconnaître une expérience de Dieu pour ce qu’elle était, avant qu’on ne lui parle de Dieu : c’est le récit de l’enfant Samuel dans le temple (« Premier Livre de Samuel », chapitre 3). »
Richard Swinburne, Y a-t-il un Dieu ?, p.126-127, Ithaque, Paris, 2009.

ObjectionLes expériences mystiques attestent l'existence de l'unité de toutes choses et non du Dieu des religions

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous-argumentLes manifestations de la Providence

En particulier :

  • Les réponses de Dieu aux prières
  • Des évènements historiques signifiants très improbables
  • Des évènements très improbables dans nos vies qui nous avertissent ou nous sauvent
« Beaucoup de gens croient en l’existence de Dieu. Mais peu savent que parce qu’il nous aime, Dieu nous invite à bien plus : il nous offre une relation personnelle d’intimité avec lui. C’est en effet au travers de celle-ci qu’il peut agir véritablement pour transformer notre vie. Ceux/celles qui ont fait cette rencontre témoignent combien ils expérimentent l’amour de Dieu. Dieu leur parle et ils le voient répondre à leurs prières. »
Voir plus...
« Il est évident que, à tort ou à raison, il a semblé […] à des milliards d’êtres humains, qu’une fois dans leur vie, à un degré ou à un autre, ils ont été conscients que Dieu dirigeait le cours d’un événement. Les enquêtes montrent qu’il en est ainsi pour des milliards de gens aujourd’hui, sans compter les époques antérieures. Ces gens peuvent bien sûr se tromper, mais c’est comme cela que les choses leur sont apparues. Or c’est un principe de base de la rationalité, que j’appelle le principe de crédulité, que nous devons penser que les choses sont comme elles nous apparaissent […] à moins que et jusqu’à ce que nous ayons la preuve que nous nous sommes trompés. […] Si j’ai l’impression de voir une table ou d’entendre la voix d’un ami, je dois penser que c’est le cas jusqu’à ce que j’aie la preuve que je me suis trompé. Si vous dites le contraire – si vous dites : ne vous fiez jamais aux apparences avant qu’il soit prouvé qu’elles sont fiables – vous ne pourrez jamais avoir la moindre certitude. En effet, qu’est-ce qui peut vous prouver que les apparences sont fiables, sinon d’autres apparences ? Or si vous ne pouvez vous fier aux apparences comme telles, vous ne pourrez pas non plus vous fier à vos cinq sens ordinaires, il est tout aussi rationnel de vous fier, le cas échéant, à votre sens religieux. »
Richard Swinburne, Y a-t-il un Dieu ?, p.122-123, Ithaque, Paris, 2009.
SOUS-ARGUMENTS [ modifier ]

Sous-argumentLes réponses de Dieu aux prières

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous-argumentDes événements particulièrement improbables qui influent le cours de l'Histoire

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous-argumentDes évènements très improbables dans nos vies qui nous avertissent ou nous sauvent

Aucun résumé ni citation n'a été entré.
OBJECTIONS [ modifier ]

ObjectionSi la Providence existait, elle éviterait bien des évènements injustes

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

ObjectionLes manifestations de la Providence sont de simples coïncidences sur lesquelles on projette une interprétation religieuse

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous-argumentLes Révélations conservées dans les textes sacrés

« Une autre raison que Dieu peut avoir d’intervenir dans l’histoire est de nous donner des informations, de nous révéler des vérités. Sans aucune aide, notre raison est bien capable […] d’arriver à la conclusion que, probablement, il y a un Dieu ; elle est bien capable également d’établir plusieurs vérités morales très générales (par exemple qu’il est bon de nourrir ceux qui meurent de faim, quels qu’ils soient). Mais les êtres humains sont des créatures à l’intelligence limitée, et ils sont notoirement capables de se cacher à eux-mêmes des conclusions qui leur crèvent les yeux, quand ces conclusions ne sont pas les bienvenues. Les conclusions en matière de religion et de morale sont celles que nous sommes évidemment disposés à écarter parce que, quelles que soient les conclusions auxquelles nous parvenons (religieuses ou athées), elles ont des conséquences sur le genre de vie qui vaut la peine d’être vécue ; il se peut que nous rechignions à les accepter parce qu’elles entrent en conflit avec notre mode de vie quotidien. Les êtres humains ont donc besoin d’aide – aide pour comprendre quelles sont leurs obligations et en quoi consiste leur bien suprême, aide et encouragement pour rechercher ce bien. De toutes les façons, un Dieu qui veut entrer en contact avec nous aura aussi à nous dévoiler des choses sur lui-même, simplement pour que nous le connaissions mieux. Les grandes religions occidentales affirment toutes que Dieu est intervenu dans l’histoire pour révéler des vérités aux hommes ; elles ajoutent généralement qu’il a établi un moyen qui, dans une certaine mesure et d’une certaine façon, puisse assurer la conservation de ces vérités parmi les hommes. Les Juifs affirment que Dieu est intervenu dans l’histoire avec Abraham et Moïse, et qu’il a révélé des vérités qui, par la suite, ont été conservées par le peuple juif dans les Écritures hébraïques (qui forment l’Ancien Testament des Chrétiens). Les Chrétiens admettent cette révélation, mais ils ajoutent que la principale intervention de Dieu est celle de Jésus-Christ, qui nous a révélé des choses conservées par l’Église chrétienne dans la Bible (le Nouveau Testament, et l’Ancien Testament interprété à la lumière du Nouveau). L’islam reconnaît aussi, dans une certaine mesure, les affirmations juives et chrétiennes, mais il proclame que Mahomet est le dernier prophète en qui la Révélation atteint son point culminant, révélation recueillie dans le Coran. »
Richard Swinburne, Y a-t-il un Dieu ?, p.116-117, Ithaque, Paris, 2009.
Voir plus...
« Les Évangiles racontent qu’il y a 2000 ans de cela, Dieu est venu lui-même sur terre, en chair et en os. « Je suis descendu du ciel », « celui qui m’a vu a vu le Père » disait Jésus, se disant ainsi Dieu incarné, Dieu fait homme (Évangile de Jean ch.6 v.38, ch.14 v.9). Jésus a manifesté combien il est un Dieu Amour, en guérissant tous ceux qui venaient à lui, sans rien demander en retour. Il a manifesté aussi combien il est au-dessus des lois physiques, en créant de nouveaux organismes. Il a montré qu’il a la vie en lui-même, en ressuscitant plusieurs personnes. Enfin, il a prouvé qu’il était Dieu, en ressuscitant lui-même des morts : Jésus est vivant aujourd’hui. Il oeuvre dans la vie de ceux qui l’accueillent. À ceux qui se tournent vers lui, qui lui demandent sincèrement de se révéler à eux, il se fait connaître (Evangile de Jean ch.14 v.21): « Celui qui m’aime sera aimé de mon Père, je l’aimerai et je me ferai connaître à lui » »
SOUS-ARGUMENTS [ modifier ]
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS [ modifier ]

ObjectionLes textes sacrés sont truffés d'erreurs et de contradictions

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

ObjectionLes textes sacrés sont la création d'êtres humains

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

ObjectionLes Révélations des textes sacrés proviennent d'êtres invisibles qui ne sont pas Dieu

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

ObjectionsObjections [ modifier ]

ObjectionsLes prétendues interventions divines reposent sur des éléments de preuve qui ne sont pas fiables

Aucun résumé ni citation n'a été entré pour le moment.
SOUS-ARGUMENTS [ modifier ]
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS [ modifier ]

ObjectionIl existe des témoignages fiables qui attestent des interventions de Dieu

Aucun résumé ni citation n'a été entré pour le moment.
Sous-débat
Le débat continue. Consultez la page détaillée
Il existe des témoignages fiables qui attestent des interventions de Dieu
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Objection Des témoignages ne sont pas une preuve
de l'argument pour aller plus loin.

ObjectionIl existe des documents médicaux attestant des guérisons miraculeuses et des inédies

Aucun résumé ni citation n'a été entré pour le moment.
Sous-débat
Le débat continue. Consultez la page détaillée
Il existe des documents médicaux attestant des guérisons miraculeuses et des inédies
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Objection Ce n'est que le signe de connaissances imparfaites en matière de médecine
de l'argument pour aller plus loin.

ObjectionQuand il s'agit de Dieu, les sceptiques demandent des preuves toujours plus exigeantes et quasi impossibles à fournir

Aucun résumé ni citation n'a été entré pour le moment.
Sous-débat
Le débat continue. Consultez la page détaillée
Quand il s'agit de Dieu, les sceptiques demandent des preuves toujours plus exigeantes et quasi impossibles à fournir
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Objection Ce qui accrédite l'hypothèse de leur inexistence
Objection Des affirmations extraordinaires demandent des preuves plus qu'ordinaires
de l'argument pour aller plus loin.

ObjectionsLes prétendues interventions divines reposent sur une conception superstitieuse du monde

Aucun résumé ni citation n'a été entré pour le moment.
SOUS-ARGUMENTS [ modifier ]
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS [ modifier ]

ObjectionIl existe des témoignages fiables attestent des interventions de Dieu

Aucun résumé ni citation n'a été entré pour le moment.

ObjectionIl existe des documents médicaux attestant des guérisons miraculeuses et des inédies

Aucun résumé ni citation n'a été entré pour le moment.
Sous-débat
Le débat continue. Consultez la page détaillée
Il existe des documents médicaux attestant des guérisons miraculeuses et des inédies
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Objection Ce n'est que le signe de connaissances imparfaites en matière de médecine
de l'argument pour aller plus loin.

ObjectionL'athéisme repose sur une vision réductionniste dépassée de l'univers et de la science

Aucun résumé ni citation n'a été entré pour le moment.
Sous-débat
Le débat continue. Consultez la page détaillée
L'athéisme repose sur une vision réductionniste dépassée de l'univers et de la science
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Objection La religion a une vision caricaturale de la science
de l'argument pour aller plus loin.

ObjectionsCe qu'on attribue à des interventions divines relève de phénomènes naturels

Aucun résumé ni citation n'a été entré pour le moment.
SOUS-ARGUMENTS [ modifier ]
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS [ modifier ]

ObjectionCertains phénomènes sont trop improbables pour relever de phénomènes naturels

Certains phénomènes sont trop improbables pour relever de phénomènes naturels
Sous-débat
Le débat continue. Consultez la page détaillée
Certains phénomènes sont trop improbables pour relever de phénomènes naturels
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Objection La soi-disant improbabilité des phénomènes n'est que le signe de notre propre ignorance
de l'argument pour aller plus loin.

ObjectionsLes miracles bibliques ont une explication rationnelle

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Références bibliographiquesRéférences [ modifier ]

Aucune référence n'a été entrée pour le moment.

Débat parentDébat parent