Si vous voulez que ce projet continue à vivre et à se développer, soutenez-nous !

Il existe des alternatives libres à Facebook

De Wikidébats
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Résumé de l'argumentRésumé de l'argument [ modifier ]

On n'est pas obligé d'utiliser Facebook pour accéder à un réseau social. Il existe en effet diverses alternatives libres et respectueuses de la vie privée, comme Diaspora*.

CitationsCitations [ modifier ]

Aucune citation n'a été entrée pour le moment.

Sous-argumentsSous-arguments [ modifier ]

Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.

ObjectionsObjections [ modifier ]

ObjectionsPersonne ne connait ces alternatives

Le nombre d'utilisateurs des alternatives à Facebook est certes faible. Le nombre d'abonnés reste souvent le critère qui prévaut sur l'adoption des internautes d'un réseau social, c'est pourquoi il est temps de promouvoir ces alternatives. Leur philosophie, leur éthique, leur fonctionnement valent qu'on s'y intéresse.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS

ObjectionD'autres réseaux sociaux ont un fonctionnement plus décentralisé

Il est vrai que l'une des forces d'un réseau social est le nombre des participants. En revanche ce n'est pas la seule : il y a aussi -entre autres- la liberté des utilisateurs sur ce réseau social. Si la liberté des utilisateurs des réseaux sociaux au code propriétaire comme Facebook ne dépend que du bon vouloir de ses créateurs (en l'occurence une compagnie privée qui souhaite faire du profit par le biais d'un espionnage de masse), le nombre de ses utilisateurs, lui, est directement dépendant de ces derniers.

Ainsi, pour créer un nouveau réseau social fort basé sur un code libre et libérant réellement ses utilisateurs il faut initier une migration vers des sites comme Diaspora*. Par contraposée, refuser d'initier cette migration car ces réseaux sociaux sont déserts ne peut qu'assoir la domination de Facebook.

En conclusion, si au lieu de critiquer les gens essayent et propagent ces nouveaux réseaux sociaux autour d'eux, cet argument auto-réalisateur ne tient plus.

ObjectionsIl faut trouver les gens là où ils sont

Facebook compte aujourd'hui deux milliards d'utilisateurs dans le monde. Boycotter Facebook reviendrait à se couper de la majorité des personnes se connectant à un réseau social.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS

ObjectionFaux argument autoréalisateur

(reprise du contre-argument de "Les alternatives à Facebook sont utilisées par une minorité de personnes")

Il est vrai que l'une des forces d'un réseau social est le nombre des participants. En revanche ce n'est pas la seule : il y a aussi -entre autres- la liberté des utilisateurs sur ce réseau social. Si la liberté des utilisateurs des réseaux sociaux au code propriétaire comme Facebook ne dépend que du bon vouloir de ses créateurs (en l'occurence une compagnie privée qui souhaite faire du profit par le biais d'un espionnage de masse), le nombre de ses utilisateurs, lui, est directement dépendant de ces derniers.

Ainsi, pour créer un nouveau réseau social fort basé sur un code libre et libérant réellement ses utilisateurs il faut initier une migration vers des sites comme Diaspora*. Par contraposée, refuser d'initier cette migration car ces réseaux sociaux sont déserts ne peut qu'assoir la domination de Facebook.

En conclusion, si au lieu de critiquer les gens essayent et propagent ces nouveaux réseaux sociaux autour d'eux, cet argument auto-réalisateur ne tient plus.

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références bibliographiquesRéférences [ modifier ]

Aucune référence n'a été entrée pour le moment.

Débat parentDébat parent