Si vous voulez que ce projet continue à vivre et à se développer, soutenez-nous !

Faut-il boycotter Facebook ?

De Wikidébats
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cet article est un débat en construction
Les débats en construction sont les débats qui contiennent au moins :
  • un plan cohérent ;
  • les arguments « pour » et « contre » les plus connus ;
  • un début de rédaction.
À la différence des débats construits, il peut manquer : certains arguments, une partie non négligeable des objections, une introduction aboutie, une bibliographie, une sitographie ou une vidéographie adéquate.
. Des arguments et des objections manquent ou ne sont pas rédigés. L’introduction et la bibliographie demandent à être améliorées.
N'hésitez pas à les compléter.

Pour comprendre le débatPour comprendre le débat [ modifier ]

IntroductionD'où vient Facebook

Facebook est une entreprise américaine créée par Mark Zuckerberg en 2004, et dont le nom vient de l’anglais facebook, qui signifie trombinoscope. L’entreprise a connu une croissance ultra-rapide, la propulsant dans les plus grosses entreprises au monde. Aujourd’hui, le groupe Facebook, qui a depuis racheté de nombreuses autres entreprises comme Instagram ou Whatsapp, réalise un chiffre d’affaires annuel de 34 milliards de dollars (2017).

IntroductionActualité du débat

Suite à l’affaire Cambridge Analytica et aux diverses accusations à l’encontre de Facebook quant à son utilisation des données personnelles de ses utilisateurs, de nombreuses voix s’élèvent pour appeler au boycott du réseau social le plus utilisé dans le monde. Facebook subit des controverses au sein même de son équipe. Des anciens employés ont critiqué le réseau social qu’ils jugent « destructeur pour le fonctionnement de notre société » selon les termes de Sean Parker, ex-président de l’entreprise de Mark Zuckerberg. Dans un article du journal Le Monde, il fait part de son inquiétude et de son regret d’avoir participer au succès d’une entreprise qui « privilégie la collecte de données de ses utilisateurs plutôt que de les protéger des abus », selon les propos tenus par une autre ancienne employée. Au-delà du traitement obscur des données personnelles, les utilisateurs doutent des bienfaits que pourraient leur apporter l’utilisation de Facebook. Un loisir que certains qualifient de malsain et déprimant. Les contenus partagés ne seraient pas représentatifs du monde réel et pourrait provoquer une désillusion voire un repli sur soi. La défiance s’est propagé et un mot-clé a été créé : #deletefacebook. Mais est-il réellement possible de complètement quitter Facebook ? Une utilisation raisonnable des réseaux sociaux n’est-elle pas suffisante ?
Wikipedia.svg
Voir aussi : Facebook sur Wikipédia [ modifier ]

Pour comprendre le débatCarte des arguments

POUR

Argument POURFacebook s'accapare les données personnelles des utilisateurs
Argument POURFacebook n'est pas fiable informatiquement
Argument POURFacebook est un instrument de propagande
Argument POURFacebook est une entreprise toute-puissante
Argument POURFacebook a un effet délétère sur la vie sociale et le psychisme
Argument POURIl existe des alternatives libres à Facebook
Argument POURFacebook exploite les faiblesses de ses utilisateurs
Argument POURLa politique de modération est mauvaise
Argument POURFacebook déteriore les relations humaines

CONTRE

Argument CONTREFacebook est un outil d'expression
Argument CONTRENous avons tous besoin de garder des liens avec notre entourage
Argument CONTREIl n'y a pas plus de raison de boycotter Facebook que les autres géants du web
Argument CONTREFacebook est le réseau social utilisé par la majorité des gens

Situez-vous dans le débatSituez-vous dans le débat

Êtes-vous plutôt POUR ou plutôt CONTRE ? Ou êtes-vous indécis ?

Vous pouvez parcourir le contenu de ce débat en répondant, pour chaque argument, à deux questions :

  1. Cet argument est-il bien fondé ?
  2. Cet argument est-il important selon vous ?

Durée totale : environ 13 minutes

En cas d'interruption, vous pourrez reprendre le test où vous l'avez laissé.

Arguments POURArguments POUR [ modifier ]

Argument POURFacebook s'accapare les données personnelles des utilisateurs

« Que fait une importante entreprise des données personnelles qu’elle récupère de ses utilisateurs ? Oublié le respect dû aux utilisateurs ; les données intimes sont analysées sans le consentement des testeurs et revendues à d’autres entreprises qui font ainsi du ciblage publicitaire. Facebook encourage les entreprises à utiliser ses services pour mieux communiquer au sein de la plateforme et ne rémunère pas ceux qui mettent réellement du contenu. Chaque message privé vaut 10 centimes d’euros. Une heure au smic vaut environ 10€ : combien de temps passent en moyenne les utilisateurs « actifs » de Facebook ? Les conditions générales de vente permettent à l’entreprise de s’approprier du contenu qu’elle pourra revendre ailleurs. »
Magali Gardero, « Les raisons de quitter Facebook », Le Drenche, 21/11/2018.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS

ObjectionLes utilisateurs de Facebook consentent à donner leur données personnelles

« Lorsque vous vous inscrivez sur Facebook (ou sur n’importe quel autre réseau social), vous consentez à transmettre quelques informations personnelles que vous êtes libre ou non de partager. Personne ne vous force à vous enregistrer sur ces plateformes et vous pouvez par la suite configurer votre profil en fonction des usages que vous souhaitez en faire. Libre à vous de partager des moments de votre vie intime, d’ajouter des photos de paysages ou de simplement ne rien mettre et de disposer d’un compte exempt de toute information que vous jugerez confidentielle. [...] Il faut arrêter de déresponsabiliser les personnes qui seraient vues comme de simples consommateurs soumis à un système qu’ils ne maîtriseraient pas. »
Éric Delcroix, « Il suffit de se responsabiliser », Le Drenche, 21/11/2018.
Sous-débat
Le débat continue. Consultez la page détaillée
Les utilisateurs de Facebook consentent à donner leur données personnelles
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Objection Nous ne sommes pas conscients de toutes les données que Facebook récupère
Objection Facebook collecte également les données personnelles de personnes non inscrites sur le réseau social
de l'argument pour aller plus loin.

ObjectionBeaucoup de sociétés commerciales autres que Facebook exploitent les données personnelles de leurs clients

« La médiatisation des récents événements relatifs à la mauvaise utilisation de nos données a relancé le débat sur nos usages des réseaux sociaux. Cependant les entreprises de vente par correspondance ont toujours exploité nos données personnelles sans nous consulter lors de chaque utilisation. Détenir et exploiter des données personnelles sur ses clients n’est pas un phénomène nouveau. Facebook est une société commerciale parmi tant d’autres qui utilise les données de leurs utilisateurs après approbation du traitement des données partagées par l’internaute. »
Éric Delcroix, « Il suffit de se responsabiliser », Le Drenche, 21/11/2018.

Argument POURFacebook n'est pas fiable informatiquement

« Pourquoi une entreprise aussi importante est aussi peu fiable informatiquement ? Totalement centralisée, tous les serveurs sont au même endroit, rendant beaucoup plus facile la récupération des données, pour la NSA ou d’autres personnes. Le code refermé et l’importance des données qu’il détient font de Facebook la victime préférée de cette année 2018 ; des comptes sont récupérés, piratés, ou espionnés. De peur de perdre ses utilisateurs, l’entreprise se ferme à l’interopérabilité. »
Magali Gardero, « Les raisons de quitter Facebook », Le Drenche, 21/11/2018.
SOUS-ARGUMENTS

Sous-argumentDes fuites de données ont eu lieu à de multiples reprises

Aucun résumé ni citation n'a été entré.
OBJECTIONS
Aucune objection n'a été entrée pour le moment.

Argument POURFacebook est un instrument de propagande

« Comment une entreprise influence-t-elle ses nombreux utilisateurs, plus de 2 milliards ? Septembre 2018, l’entreprise se vante de sa capacité à établir des profils psychologiques et politiques d’internautes à partir de leurs données Facebook, afin de définir au mieux ensuite les publicités et les messages à leur diffuser pour les influencer. Propagande, fake news, désinformation, campagnes de dénigrement, manipulations de masse à grande échelle. C’est le lot quotidien de ceux qui vont sur Facebook et lisent leurs actualités. Les algorithmes mis en place peuvent agir sur le moral des utilisateurs ou sur leur vote. Partenariats rémunérés avec de grands médias, l’objectivité journalistique est-elle toujours assurée dans ces cas-là ? L’indépendance, vous connaissez ? Monopole et célébrité, Facebook a tellement d’utilisateurs que l’on risque de perdre ses amis si on la quitte. »
Magali Gardero, « Les raisons de quitter Facebook », Le Drenche, 21/11/2018.
SOUS-ARGUMENTS

Sous-argumentFacebook est co-responsable de la montée des extrémismes

Aucun résumé ni citation n'a été entré.
OBJECTIONS
Aucune objection n'a été entrée pour le moment.

Argument POURFacebook est une entreprise toute-puissante

« L’affaire de Max Schrems, étudiant autrichien, fondateur du collectif « L’Europe contre Facebook », qui a demandé à Facebook l’intégralité de ses données personnelles, en vertu de la directive européenne 95/46/CE. Il a reçu des tonnes de feuilles de papier totalement inexploitables la première fois. Une affaire est fermée et la décision tombe : aucune action en justice n’est faisable contre Facebook France, il faut se retourner contre Facebook Irlande, avec des frais beaucoup plus importants. Facebook étant aux États-Unis, il est parfois très difficile, voire impossible de faire respecter le droit français ou européen. Et quand ses utilisateurs veulent s’en sortir, ils se rendent compte qu’ils sont finalement emprisonnés, persuadés que sur les autres plateformes, il y a moins de monde. Parfois même, quand un concurrent devient trop pressant, il est plus simple de le racheter (Instagram par exemple). »
Magali Gardero, « Les raisons de quitter Facebook », Le Drenche, 21/11/2018.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS
Aucune objection n'a été entrée pour le moment.

Argument POURFacebook a un effet délétère sur la vie sociale et le psychisme

Des études démontrent que les réseaux sociaux ont tendance à rendre les gens malheureux. Chamath Palihapitiya, ex-vice-président en charge de la croissance de l'audience de Facebook, affirme que Facebook déchire le tissu social. Sean Parker, ex-président de Facebook, affirme que Facebook exploite une faiblesse de l'esprit humain.
« “It’s a social-validation feedback loop … exactly the kind of thing that a hacker like myself would come up with, because you’re exploiting a vulnerability in human psychology.” »

Références

    SOUS-ARGUMENTS
    Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
    OBJECTIONS
    Aucune objection n'a été entrée pour le moment.

    Argument POURIl existe des alternatives libres à Facebook

    On n'est pas obligé d'utiliser Facebook pour accéder à un réseau social. Il existe en effet diverses alternatives libres et respectueuses de la vie privée, comme Diaspora*.
    SOUS-ARGUMENTS
    Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
    OBJECTIONS

    ObjectionPersonne ne connait ces alternatives

    Le nombre d'utilisateurs des alternatives à Facebook est certes faible. Le nombre d'abonnés reste souvent le critère qui prévaut sur l'adoption des internautes d'un réseau social, c'est pourquoi il est temps de promouvoir ces alternatives. Leur philosophie, leur éthique, leur fonctionnement valent qu'on s'y intéresse.
    Sous-débat
    Le débat continue. Consultez la page détaillée
    Les alternatives à Facebook sont utilisées par une minorité de personnes
    SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
    Aucun sous-argument n'a été entré. Objection D'autres réseaux sociaux ont un fonctionnement plus décentralisé
    de l'argument pour aller plus loin.

    ObjectionIl faut trouver les gens là où ils sont

    Facebook compte aujourd'hui deux milliards d'utilisateurs dans le monde. Boycotter Facebook reviendrait à se couper de la majorité des personnes se connectant à un réseau social.
    Sous-débat
    Le débat continue. Consultez la page détaillée
    Facebook est le réseau social utilisé par la majorité des gens
    SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
    Aucun sous-argument n'a été entré. Objection Faux argument autoréalisateur
    de l'argument pour aller plus loin.

    Argument POURFacebook exploite les faiblesses de ses utilisateurs

    Facebook est optimisé à ce que les utilisateurs reviennent le plus souvent possible, exploitant une faille de la psychologie humaine, selon Sean Parker ancien président de Facebook.

    Facebook permettait à des gamins de dépenser l'argent de leurs parents en jouant. Une action délibérée de leur part. Des travaux du sénat américain ont également révélé que Facebook avait sciemment permis aux enfants de faire des achats avec les cartes de crédits de leur parents, préférant mettre en place une automatisation des refus de demande de remboursement plutôt que de traiter les demandes :

    « Un nouveau rapport du Centre de journalisme d'investigation montre que votre entreprise avait une politique d'aveuglement délibérée à l'égard des cartes de crédit utilisées par des enfants – appellée en interne « fraude amicale » – afin d'augmenter les revenus au détriment des parents, » a expliqué les sénateurs. « Beaucoup de jeunes utilisateurs ont dépensé plusieurs milliers de dollars en frais en jouant à des jeux comme Angry Birds, Petville, Wild Ones et Barn Buddy », sans que les parents ne soupçonnent que les enfants pourraient faire des achats sans vérification supplémentaire, ont écrit les sénateurs. Les Sénateurs ont rappelé aussi le refus du réseau social de la demande de remboursement de l’argent que Facebook a fait frauduleusement sur les enfants. Selon les sénateurs, Facebook a rejeté la proposition d'un employé de régler le problème et a plutôt « conçu un mécanisme pour contester automatiquement les demandes de remboursement de ses utilisateurs, sans procéder à un examen des demandes elles-mêmes », ont-ils écrit, sur la base des documents rendus publics.
    « “It’s a social-validation feedback loop … exactly the kind of thing that a hacker like myself would come up with, because you’re exploiting a vulnerability in human psychology.” »
    Sean Parker, « facebook-sean-parker-vulnerability-brain-psychology », The Guardian, 09/11/2017.

    Références

      SOUS-ARGUMENTS

      Sous-argumentL'exploitation de nos biais cognitifs fait partie de son modèle économique

      Aucun résumé ni citation n'a été entré.
      OBJECTIONS
      Aucune objection n'a été entrée pour le moment.

      Argument POURLa politique de modération est mauvaise

      « [Facebook et Google] (...) mettent en avant des contenus polémiques, violents, racistes ou discriminatoires en partant de l’idée que ce sont ceux qui nous feront rester sur leur plateforme. Le rapport visant à « renforcer la lutte contre le racisme et l’antisémitisme sur Internet », commandé par le Premier ministre français et publié en septembre 2018, l’explique très bien. Il dénonce « un lien pervers entre propos haineux et impact publicitaire : les personnes tenant des propos choquants ou extrémistes sont celles qui « rapportent » le plus, car l’une d’entre elles peut en provoquer cinquante ou cent autres. Sous cet angle, l’intérêt des réseaux sociaux est d’en héberger le plus possible ». Plus généralement, le rapport regrette la « règle selon laquelle un propos choquant fera davantage de « buzz » qu’un propos consensuel, alimentant de façon plus sûre le modèle économique des plateformes ». »
      Auteur anonyme, « Faut-il réguler Internet ? (1/2) », La quadrature du net.
      SOUS-ARGUMENTS

      Sous-argumentFacebook a un intérêt économique à laisser le cyberharcèlement impuni

      Aucun résumé ni citation n'a été entré.

      Sous-argumentLa haine et le harcèlement ne font l'objet d'aucune modération

      Aucun résumé ni citation n'a été entré.

      Sous-argumentLes capacités techniques à modérer efficacement sont sous-exploitées

      Aucun résumé ni citation n'a été entré.

      Sous-argumentLa modération de Facebook génère de la censure abusive

      Aucun résumé ni citation n'a été entré.

      Sous-argumentLes signalements légitimes sont mal traités

      Aucun résumé ni citation n'a été entré.

      Sous-argumentLes modérateurs humains sont exploités

      Aucun résumé ni citation n'a été entré.

      Sous-argumentLe système de modération censure les militants antifascistes et issus des minorités

      « [...]Nous nous perdons en conjonctures, mais nous pouvons déjà en dire quelques petites choses.[...]

      1)Reconnaissons-le, à cette heure, nous ignorons tout des motivations et des actes de Facebook, ceux-ci nous laissant, comme d’habitude, dans l’ignorance.

      2)Nous ne pouvons que constater un acharnement contre nous par de multiples actions qui s’apparentent à des pratiques policières vexatoires et abusives. Précisons que nous ne sommes pas un collectif tenus par des inconnus, mais une association légale associative, régie par la loi de 1901. Ce cadre nous donne quelques droits, mais nous savons que nous sommes identifiables et susceptibles d’aller au tribunal pour injure, diffamation ou autres. Nous faisons donc particulièrement attention au contenu de nos publications. En 5 ans, nous n’avons été pointé qu’un fois par facebook et encore celui-ci a reconnu son erreur. En conséquence, ceci s’apparente avec une volonté de museler une opinion différente et non des comportements délictueux. C’est donc bien un acte POLITIQUE de Facebook.

      3)Les différents blocages de nos admins montrent que ceux-ci s’acharnent sur certains administrateurs. Corollaire évident, pour gérer un tel acharnement, facebook met nécessairement en place des listes de « persona non grata ».

      4)D’autant que d’autres pages, que l’on peu apparenter à la nôtre, sont également touchées. Facebook prend donc parti.

      5) Et c’est le plus grave, il prend parti contre ceux qui luttent contre les diffuseurs de fake news, de haine, d’appels à la violence. Car à ce jour, aucune page d’extrême droite n’est touchée. »

      Sous-argumentFacebook met en avant des contenus haineux

      Aucun résumé ni citation n'a été entré.
      OBJECTIONS
      Aucune objection n'a été entrée pour le moment.

      Argument POURFacebook déteriore les relations humaines

      Aucun résumé ni citation n'a été entré pour le moment.
      SOUS-ARGUMENTS

      Sous-argumentFacebook encourage les comportements toxiques par intérêt économique

      Aucun résumé ni citation n'a été entré.

      Sous-argumentFacebook est co-responsable de la montée des idéologies haineuses

      Aucun résumé ni citation n'a été entré.
      OBJECTIONS
      Aucune objection n'a été entrée pour le moment.

      [ ± Ajouter ou retirer un argument POUR ]

      Arguments CONTREArguments CONTRE [ modifier ]

      Argument CONTREFacebook est un outil d'expression

      « Facebook est un outil d’expression. L’utilisateur s’exprime dans un domaine public comme il pourrait le faire dans la rue. Si Facebook est critiqué pour son côté malsain, déprimant et chronophage c’est aux utilisateurs qu’incombe la tâche d’agir de façon raisonnée et de faire preuve de la même retenue qu’il pourrait avoir en dehors du web. La forme que prend Facebook est le reflet de nos comportements humains et sociaux. »
      Éric Delcroix, « Il suffit de se responsabiliser », Le Drenche, 21/11/2018.
      SOUS-ARGUMENTS
      Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
      OBJECTIONS

      ObjectionC'est un outil d'expression comme un autre.

      Aucun résumé ni citation n'a été entré.

      ObjectionFacebook censure les contenus qui ne lui sont pas rentables

      Aucun résumé ni citation n'a été entré.

      Argument CONTRENous avons tous besoin de garder des liens avec notre entourage

      « Nous avons tous besoin de liens faibles et les réseaux sociaux sont l’un des outils permettant de garder ce contact avec notre entourage. »
      Éric Delcroix, « Il suffit de se responsabiliser », Le Drenche, 21/11/2018.
      SOUS-ARGUMENTS
      Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
      OBJECTIONS

      ObjectionIl y a d'autres moyens de le faire

      Aucun résumé ni citation n'a été entré.

      Argument CONTREIl n'y a pas plus de raison de boycotter Facebook que les autres géants du web

      « Après le scandale de Cambridge Analytica, de nombreuses personnalités se sont indignées contre l’utilisation de nos données personnelles Facebook qui pouvaient être employées frauduleusement. Si la confidentialité et l’utilisation de ces données est une problématique majeure de Facebook et des réseaux sociaux, il en va de même pour toutes les plateformes qui traitent nos informations dans un but commercial. Alors, pourquoi boycotter Facebook et non pas Google, Twitter, Amazon ou tout autre acteur en ligne qui utiliserait nos données à des fins capitalistes ? »
      Éric Delcroix, « Il suffit de se responsabiliser », Le Drenche, 21/11/2018.
      SOUS-ARGUMENTS
      Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
      OBJECTIONS

      ObjectionOn ne peut pas rejeter le boycott en raison de l'existence de problèmes plus importants

      Cet argument rentre dans la catégorie des erreurs de la privation relative.

      ObjectionIl n'y en a pas moins non plus

      Aucun résumé ni citation n'a été entré.

      ObjectionOn peut tout à fait appeler au boycott de tous les produits de GAFAM

      Aucun résumé ni citation n'a été entré.

      Argument CONTREFacebook est le réseau social utilisé par la majorité des gens

      Facebook compte aujourd'hui deux milliards d'utilisateurs dans le monde. Boycotter Facebook reviendrait à se couper de la majorité des personnes se connectant à un réseau social.
      SOUS-ARGUMENTS
      Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
      OBJECTIONS

      ObjectionFaux argument autoréalisateur

      (reprise du contre-argument de "Les alternatives à Facebook sont utilisées par une minorité de personnes")

      Il est vrai que l'une des forces d'un réseau social est le nombre des participants. En revanche ce n'est pas la seule : il y a aussi -entre autres- la liberté des utilisateurs sur ce réseau social. Si la liberté des utilisateurs des réseaux sociaux au code propriétaire comme Facebook ne dépend que du bon vouloir de ses créateurs (en l'occurence une compagnie privée qui souhaite faire du profit par le biais d'un espionnage de masse), le nombre de ses utilisateurs, lui, est directement dépendant de ces derniers.

      Ainsi, pour créer un nouveau réseau social fort basé sur un code libre et libérant réellement ses utilisateurs il faut initier une migration vers des sites comme Diaspora*. Par contraposée, refuser d'initier cette migration car ces réseaux sociaux sont déserts ne peut qu'assoir la domination de Facebook.

      En conclusion, si au lieu de critiquer les gens essayent et propagent ces nouveaux réseaux sociaux autour d'eux, cet argument auto-réalisateur ne tient plus.

      [ ± Ajouter ou retirer un argument CONTRE ]

      Pour aller plus loinPour aller plus loin

      BibliographieBibliographie [ modifier ]

      Plutôt POURPlutôt POUR [ modifier ]

      • Ippolita, J'aime pas Facebook, Payot, 2012.
      • Jacques Séguéla, Le diable s'habille en GAFA: Google, Apple, Facebook, Amazon, Coup de gueule, 2018.

      Plutôt CONTREPlutôt CONTRE [ modifier ]

      • David Kirkpatrick, La révolution Facebook, JC Lattès, 2011.

      Ni POUR ni CONTRENi POUR ni CONTRE [ modifier ]

      • Jérôme Colombain, Réseaux (a)sociaux : Faut-il quitter Facebook, Twitter, YouTube, Instagram ?, Qapla, 2018.  

      VidégraphieVidéographie [ modifier ]

      Plutôt CONTREPlutôt CONTRE [ modifier ]

      Aucune référence vidéographique CONTRE n'a été entrée pour le moment.

      Ni POUR ni CONTRENi POUR ni CONTRE [ modifier ]

      Aucune référence vidéographique ni POUR ni CONTRE n'a été entrée pour le moment.

      Débats connexesDébats connexes [ modifier ]