En 1918, près de 30 ans avant Nuremberg, les Bolcheviks pénalisaient les crimes antisémites

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« Décret du Conseil des commissaires du Peuple de la RSFSR "Sur l'éradication de l'antisémitisme"

Selon des informations qui sont parvenues au Conseil des Commissaires du Peuple, des pogroms sont perpétrés dans de nombreuses villes, en particulier dans la zone proche du front, à la suite desquels, dans certains endroits, ont lieu des attaques contre la population laborieuse juive. La contre-révolution bourgeoise reprend les armes du tsar (...) A présent les contre-révolutionnaires se lancent à nouveau dans la chasse aux Juifs, utilisant la faim et la fatigue, ainsi que l'obscurantisme des masses les plus arriérées et les résidus de la haine antijuive inoculée par l'autocratie (...) Toute attaque contre une nation qu'elle quelle soit est inacceptable et humiliante. Le Conseil des commissaires du Peuple déclare que l'antisémitisme et les pogroms antijuifs signent la mort de la révolution ouvrière et paysanne et appelle le peuple des travailleurs de la Russie socialiste à se battre par tous les moyens contre ce mal. La haine nationale affaiblit nos rangs révolutionnaires, désunit le front unique des travailleurs, sans distinction de nationalité, et ne tend la main qu'à nos ennemis. Le Conseil des Commissaires du Peuple appelle tous les députés des soviets à prendre des mesures énergiques pour éradiquer l'antisémitisme. Il est prescrit de mettre hors-la-loi ceux qui participent ou appellent aux pogroms.

N 155 Décret du Conseil des commissaires du peuple de la RSFSR sur l'éradication de l'antisémitisme (Le 27 juillet 1918) ,

le chef du service administratif du Conseil des Commissaires du peuple, V.L. Bontch-Brouievitch, Le secrétaire du Conseil, Le Président des Commissaires du Peuple (Oulianov) Lénine. »
Lidia Milakova, Nicolas Werth, Le livre des pogroms ; antichambre d'un génocide Ukraine, Russie, Biélorussie, 1917-1922, n°Izvestias,VTSIK, 27 juillet 1918, p.541, Partie III - Russie, Calman Levy, Paris, 2006.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments [ modifier ]

Pendant la guerre civile russe la coalition interventionniste cautionne au contraire les forfaits antijuifs

Page détaillée
Pendant la guerre civile russe la coalition interventionniste cautionne au contraire les forfaits antijuifs
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« (...) les états-majors occidentaux peuvent une fois l'armistice signé se concentrer à plein temps sur le seul front de la guerre menée contre les rouges. Dès lors, les Français arment ouvertement les troupes tsaristes du général Denikine, laissant le soin aux Allemands d'appuyer les cosaques de la région du Don et aux Anglais celui de bombarder les zones bolcheviques à l'arme chimique. Tous supportent sans réserve la terreur blanche et cautionnent ainsi les pillages, les exécutions, les tortures, les massacres, les viols, ainsi que les odieux pogroms responsables de la mort de centaines de milliers de juifs, soit le pire génocide antisémite jamais intervenu avant celui que perpétueront quelques années plus tard les nazis durant la seconde guerre mondiale. Qui s'en souvient ? »
Olivier Besancenot, Que faire de 1917 ? Une contre-histoire de la révolution russe, p.131, Seconde partie Les Soviets victimes de la Contre-Révolution , chapitre 1, 1917 prise au piège de la guerre civile ; le monde déclare la guerre à la révolution russe., Autrement, 2017.

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débat parent