En 1909 Lénine accepte de militer avec les prêtres et les ouvriers croyants

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« Si un prêtre vient à nous pour militer à nos côtés et qu'il s'acquitte consciencieusement de sa tâche dans le parti sans s'élever contre le programme du parti, nous pouvons l'admettre dans les rangs de la social-démocratie, car la contradiction de l'esprit et des principes de notre programme avec les convictions religieuses du prêtre, pourrait dans ces conditions, demeurer sa contradiction à lui, le concernant personnellement ; quant à faire subir à ses membres un examen pour savoir s'il y a chez eux absence de contradiction entre leurs opinions et le programme du parti, une organisation politique ne peut s'y livrer. »
Lénine, « De l'attitude du parti ouvrier à l'égard de la religion », oeuvres de Lénine, tome 15 mars 1908-août 1909, p.439, 13 (26) mai 1909, Editions sociales, Paris, 1967.
« Nous devons non seulement admettre, mais travailler à attirer au parti social-démocrate tous les ouvriers qui conservent la foi en Dieu ; nous sommes absolument contre la moindre injure à leurs convictions religieuses, mais nous les attirons pour les éduquer dans l'esprit de notre programme, et non pour qu'ils combattent activement ce dernier. Nous autorisons à l'intérieur du parti la liberté d'opinion, mais seulement dans certaines limites, déterminées par la liberté de tendances : nous ne sommes pas tenus de marcher la main dans la main avec les propagateurs actifs de points de vue écartés par la majorité du parti. »
Lénine, « De l'attitude du parti ouvrier à l'égard de la religion », oeuvres de Lénine, tome 15 mars 1908-août 1909, p.439-440, 13 (26) mai 1909, Editions sociales, Paris, 1967.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]