Si vous voulez que ce projet continue à vivre et à se développer, soutenez-nous !

Dieu explique l'existence des lois de la nature

De Wikidébats
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Résumé de l'argumentRésumé de l'argument [ modifier ]

L'univers n'est pas un chaos informe, mais une matière informée, structurée par des lois. S'il n'y avait pas d'intelligence créatrice, il devrait être un magma d'énergie. L'existence de ces lois stables pose question. D'où viennent-elles ? Ne sont-elles pas crées et maintenues par un Dieu créateur ?

CitationsCitations [ modifier ]

« Tout obéit à des lois : la biologie, la physique, la chimie, même la sociologie et la psychologie humaines. D’où viennent-elles ? Une loi ne se fait pas toute seule, mais elle est toujours établie par quelqu’un. Or qui est au-dessus et en dehors de l’univers pour en faire ses lois ? »
Hubert Reeves.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-argumentsSous-arguments [ modifier ]

Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.

ObjectionsObjections [ modifier ]

ObjectionsLes lois de la nature sont des constructions de l'esprit humain

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

ObjectionsLes lois de l'univers se sont constituées peu à peu

Au fur et à mesure de l'expansion et du refroidissement de l'univers, il s'est formé des entités discrètes qui obéissent à des lois, c'est-à-dire des régularités. Ces lois sont explicables par le simple développement de la matière. Il ne s'agit pas de lois qui existeraient en dehors de la matière et seraient réglées par une Intelligence créatrice.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS
Aucune objection n'a été entrée pour le moment.

ObjectionsLes lois physiques sont des conséquences des propriétés de la matière

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

ObjectionsInvoquer Dieu n'apporte rien à l'explication des lois de la nature

« Sans doute, il reste encore beaucoup d’inconnu, de sombre et d’incompris par nous dans l’univers ; sans doute, il s’ouvrira toujours de nouvelles lacunes dans notre savoir, à mesure que les vieilles lacunes seront comblées. Mais nous ne voyons pas de région dans laquelle il nous serait impossible de trouver l’explication des phénomènes, en nous adressant aux simples faits physiques, – ceux qui se produisent lorsque deux billes de billard se rencontrent, ou lors de la chute d’une pierre, ou bien aux faits chimiques que nous voyons autour de nous. Ces faits mécaniques nous suffisent jusqu’à présent pour expliquer toute la vie de la Nature. Nulle part ils ne nous ont fait défaut : et nous n’entrevoyons pas la probabilité de jamais découvrir une région où les faits mécaniques ne nous suffiraient plus. Rien, jusqu’à présent, ne nous en fait soupçonner l’existence. »
SOUS-ARGUMENTS

Sous-argumentDieu est un concept "bouche-trou"

« Croire en Dieu, d’un point de vue théorique, cela revient toujours à vouloir expliquer quelque chose que l’on ne comprend pas – le monde, la vie, la conscience – par quelque chose que l’on comprend encore moins : Dieu. Comment se satisfaire, intellectuellement, d’une telle démarche ? […] Les explications (d’ordre surnaturel, non scientifique) que les religions prétendent apporter – par exemple à l’existence du monde, de la vie ou de la conscience – ont en commun de n’expliquer rien, sinon par de l’inexplicable ! C’est bien commode, et bien vain. Il est clair que sur le monde, sur la conscience, sur la vie, je ne comprends pas tout. Il y a de l’inconnu ; c’est ce qui permet à la connaissance de progresser. Il y en aura toujours ; c’est ce qui nous voue au mystère. Mais pourquoi ce mystère serait-il Dieu ? D’autant qu’il est tout aussi clair que, sur Dieu, je ne comprends rien – puisqu’il est par définition incompréhensible ! C’est ce qui fait de sa volonté, comme disait Spinoza, « l’asile de l’ignorance». On s’y réfugie pour expliquer ce qu’on ne comprend pas. La religion devient la solution universelle, comme un passe-partout théorique – mais qui n’ouvrirait que des portes imaginaires. À quoi bon ? Dieu explique tout, puisqu’il est tout-puissant : mais vainement, puisqu’il expliquerait aussi bien le contraire. Le Soleil tourne autour de la Terre ? C’est que Dieu l’a voulu. La Terre tourne autour du Soleil ? C’est que Dieu l’a voulu. Nous voilà bien avancés ! Et que vaut cette explication, dans l’un ou l’autre cas, dès lors que Dieu lui-même reste inexplicable et incompréhensible ? »
André Comte-Sponville, L'esprit de l'athéisme.
Voir plus...
Voir les citations restantes dans la page détaillée de l'argument.
Sous-débat
Le débat continue. Consultez la page détaillée
Dieu est un concept "bouche-trou"
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Objection Un argument infalsifiable
de l'argument pour aller plus loin.

Sous-argumentIl faut accepter le mystère

« J’aime mieux accepter le mystère pour ce qu’il est : la part d’inconnu ou d’inconnaissable qui enveloppe toute connaissance, toute existence, la part d’inexplicable que suppose ou rencontre toute explication. C’est vrai d’un point de vue ontologique : c’est ce que j’appelais plus haut le mystère de l’être. Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Nous ne le savons pas. Nous ne le saurons jamais. Mais c’est vrai aussi d’un point de vue physique ou scientifique. Pourquoi les lois de la nature sont-elles ce qu’elles sont ? Nous ne le savons pas davantage. Il est vraisemblable que nous ne le saurons jamais (puisqu’on ne pourrait les expliquer que par d’autres lois). Nommer ce mystère « Dieu», c’est se rassurer à bon compte, sans le lever. Pourquoi Dieu plutôt que rien ? Pourquoi ces lois plutôt que d’autres ? Le silence, devant le silence de l’univers, me paraît plus juste, plus fidèle à l’évidence et au mystère. »
André Comte-Sponville, L'esprit de l'athéisme, Albin Michel, 2006.

Sous-argumentDe nombreuses explication religieuses ont été remplacées par des explications scientifiques

Aucun résumé ni citation n'a été entré.
OBJECTIONS

ObjectionLa science ne peut expliquer l'existence des phénomènes et lois physiques

« L’argument de Dawkins présuppose que toute forme d’ignorance peut être comblée par la science physique mathématisée. Or, ce n’est pas le cas. Le wishful thinking des scientistes, qui consiste à dire qu’« avec les progrès de la science, tout fini un jour par être expliqué », n’est pas toujours justifié. […] non, il existe vraiment des questions auxquelles nous pouvons savoir par avance, pour des raisons logiques, que la science ne pourra jamais répondre. La science peut en droit expliquer tous les phénomènes physiques à partir des lois et des conditions initiales. Mais il est par définition impossible qu’elle explique le fait qu’il existe des phénomènes physiques en général. De même, il est impossible qu’elle explique l’existence des lois. Assurément, elle peut dériver certaines lois d’autres lois plus fondamentales, mais il y aura bien à la fin (en supposant une science totalement réalisée) quelques lois, voire une seule loi fondamentale (décrite par la future et hypothétique Theory of Everything) dont toutes les autres dériveront et qui ne sera elle-même pas expliquée par la science. Cette loi, par hypothèse, comprendrait un certain nombre de constantes, et s’appliquerait à des quantités arbitraires de matière qui apparaîtraient comme des faits bruts sans explication. De même, l’intelligibilité, la beauté, la simplicité des lois de la nature sont inexplicables par la science. Ces « ignorances » ne sont pas des ignorances que l’on puisse combler par la science : elles sont indépassables par la science. Affirmer : « Un jour la science nous dira pourquoi il existe quelque chose plutôt que rien » n’a pas plus de sens que de dire « un jour la géométrie nous dira où se trouve l’espace ». La science n’a de validité qu’à l’intérieur de la sphère des phénomènes physiques, elle ne peut pas porter sur la question de savoir si la totalité des phénomènes physiques a ou non une cause. Tandis que la science se demande comment l’univers se transforme, la métaphysique se demande si l’existence de l’univers lui-même a une explication. Répondre à cette question, ou tenter de le faire, ce n’est en aucune façon répondre à une question à laquelle la science aurait pu (ou pourrait) répondre : ce n’est donc pas combler un trou. Le Dieu de la métaphysique n’est pas un God of the gaps. »
Frédéric Guillaud, Dieu existe, p.325-326, Editions du Cerf, 2013.

ObjectionsLes lois de la nature comme la selection naturelle n'ont pas besoin de Dieu, seulement du hasard et de beaucoup de temps

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références bibliographiquesRéférences [ modifier ]

Aucune référence n'a été entrée pour le moment.

Débat parentDébat parent