Si vous voulez que ce projet continue à vivre et à se développer, soutenez-nous !

Le déclinisme est un prisme idéologique erroné

De Wikidébat
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Résumé de l'argumentRésumé de l'argument [ modifier ]

Aucun résumé n'a été entré pour le moment.

CitationsCitations [ modifier ]

Aucune citation n'a été entrée pour le moment.

Sous-argumentsSous-arguments [ modifier ]

Sous-argumentLa notion de déclin est trop vague

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous-argumentToutes les générations disent "c'était mieux avant"

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous-argumentLa notion de déclin n'a de sens que par rapport à une norme d'une "bonne société"

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous-argumentLe déclinisme est alimenté par les médias

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous-argumentIl n'y a pas de "choc des civilisations"

« Pourquoi ne croyez-vous pas à la thèse du choc des civilisations ?

Parce qu’il n’y a pas plusieurs mais une seule civilisation. Depuis plusieurs siècles, nous assistons au déploiement d’une civilisation globale, avec évidemment ses tensions, ses disparités, ses conflits et ces formes de violence radicale inédites. Il peut donc y avoir des guerres hautement destructrices, mais ce ne sont pas des guerres de civilisations. Le terrorisme actuel illustre cette civilisation globale avec ses méthodes transfrontières qui jouent de frustrations nées de la globalisation sur un marché mondial de la terreur.

Dans cette civilisation globale, notre désir de vivre ensemble est de moins en moins enraciné dans un territoire unique mais voyage dans des espaces déterritorialisés. C’est ainsi que ma fille peut se sentir plus proche d’une Mexicaine ou d’une Japonaise rencontrée sur Internet, immergée comme elle dans la culture manga, que de notre voisine de palier. Les mangas constituent un espace de désir déterritorialisé. Ces espaces profitent de l’infinité d’Internet. Aucun des conflits actuels ne peut être analysé comme une guerre de civilisations mais comme des conflits hybrides mêlant des Etats, des organisations terroristes, mafieuses, des réseaux économiques, des postures identitaires globalisées. L’idée d’une civilisation assiégée est plutôt caractéristique d’une Europe devenue fondamentaliste, c’est-à-dire en quête de son origine et de son hégémonie perdue. »
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS
Aucune objection n'a été entrée pour le moment.

Sous-argumentIl n'y a pas de guerre de religion mais conflits à l'intérieur des religions

« Les vraies oppositions ne sont pas entre les religions, mais souvent internes au sein d’une même religion. La violence actuelle entre chiites et sunnites l’illustre bien. La logique du choc des civilisations affirme pourtant l’existence d’oppositions de valeurs fondées sur des antagonismes religieux multiséculaires. Il existe en fait aujourd’hui trois polarités religieuses majeures qui traversent toutes les religions : ce sont le spiritualisme, le charismatisme et le fondamentalisme. Ces tendances peuvent s’opposer mais elles sont partagées par toutes les religions. A base de développement personnel, de bien-être, le spiritualisme est la religiosité phare des sociétés les plus riches dites post-industrielles. Elle est dominante dans le bouddhisme occidental, mais on la retrouve aussi en islam avec le néosoufisme. Le charismatisme promet, lui, la réussite matérielle dans l’effervescence collective, qui touche surtout les plus pauvres, que l’on trouve dans le christianisme avec le pentecôtisme, mais aussi dans le bouddhisme avec la Soka Gakkaï. Enfin, le fondamentalisme touche ceux qui sont en déficit de reconnaissance de soi, qui rejettent le présent et s’accrochent à un passé idéal. Ce sont eux les partisans de la «guerre de civilisations», »
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS
Aucune objection n'a été entrée pour le moment.

Sous-argumentLes "déclinistes" sont nostalgiques d'une société fermée et sclérosée

Les déclinistes regrettent une société sclérosée et triste : l'ordre moral, l'homogénéité sociale et culturelle.

Les années 50 et 60 sont le modèle fantasmé auquel les déclinistes se réfèrent. Or cette société était guindée, sclérosée, autoritaire. La police tabassait parfois dans les commissariats (écouter les sketchs de Coluche à ce sujet !). Les femmes divorcées étaient stigmatisées, les homosexuels devaient se cacher. Il y avait du racisme très répandu avec des agressions contre "les Arabes". La liberté sexuelle n'existait pas.

La jeunesse des années 60 n'en pouvait plus de cette société étouffante, c'est pourquoi dans tout le monde occidental la contestation est montée, les étudiants se sont révoltés, le mouvement hippie est né.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS
Aucune objection n'a été entrée pour le moment.

Sous-argumentLe déclinisme conduit à des solutions politiques autoritaires ou dangereuses

On ne pourrait revenir en arrière que par un régime autoritaire, voire dictatorial. Le déclinisme aboutit nécessairement à contraindre les citoyens, notamment les minorités, à se conformer à un modèle désuet (nation, autorité, transmission, traditions...).
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS

ObjectionLa dictature est celle des dirigeants européens

Les dirigeants européens ont imposé leurs décisions sans consulter les peuples

Sous-argumentLes déclinistes veulent une identité figée, alors qu'une société vivante évolue et se construit

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous-argumentLes déclinistes ne se fondent pas sur des études sociologiques mais sur des ressentis

Les discours "déclinistes" ne sont pas rigoureux, ils s'alimentent de fantasmes, de peurs, d'impressions
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS

ObjectionLe ressenti permet de saisir une situation

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous-argumentLes déclinistes se focalisent sur des difficultés passagères sans voir l'avantage à long terme des changements en cours

Nous vivons une transition majeure : irruption des nouvelles technologies, grandes migrations, passage des campagnes aux villes... Ces changements demandent des adaptations, notamment économiques, avec la disparition des grandes industries au profit de la "société de l'information" et d'unité plus petites. Les déclinistes confondent les difficultés de cette transition avec un déclin global ; ils ne voient pas le mouvement d'ensemble historique.
« La réflexion historique sur la longue durée témoigne que la métamorphose est une donnée constante de l’histoire: c'est le processus sans fin de la refonte civilisationnelle. La fin du monde n’est jamais la fin du monde: la fin de l’hégémonie européenne n’est pas la fin d’une certaine idée faustienne de l’homme. J’observe simplement un phénomène de translation, de transmission et de continuité. »
Régis Debray, « Comment nous sommes devenus américains », Slate.
Voir plus...
« Que pensez-vous du tournant politique destrogyre auquel nous assistons actuellement, que ce soit aux Etats-Unis, en Europe, en Russie, en Turquie ? Pour ne parler que de l’Europe, s’il y a tentation du repli, c’est parce qu’il y a déclin. La menace identitaire-culturelle d’aujourd’hui n’est toutefois pas une tendance de fond. Le siècle est-il la bonne mesure ? J’en doute fort. Le réactif est une attitude d’esprit, par essence, inintelligente, qu’il convient de combattre. Certes, il faut un réexamen qui ne doit pas impliquer de repentance, et pour cela, il faut comprendre les phénomènes de puissance. A cet égard, en revenir à de prétendus fondamentaux est stupide. De la même façon, faire le jeu du renchérissement du culturalisme fait le jeu de la victimisation. L’universel doit demeurer régulateur. »
François Jullien, Hocine Rahli, « Il n'y a pas d'identité culturelle : rencontre avec François Jullien », Nonfiction, 23/07/2017.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS
Aucune objection n'a été entrée pour le moment.

Sous-argumentParler du "déclin" sert à dissimuler les vrais problèmes

Les déclinistes mettent sur le dos de la baisse de la culture ou de l'immigration des problèmes qui viennent de la baisse de l'activité économique. La démoralisation, le repli sur soi, les difficultés à proposer une éducation avec des moyens suffisants, le communautarisme, la dégradation de infrastructures, etc., tous ces effets découlent de l'anomie économique – et non d'un mystérieux "déclin".

Parler de "déclin" de manière romantique c'est oublier les inégalités sociales, l'anomie économique, les discriminations (cita "La Bête")
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS

ObjectionIl existe des problèmes culturels, on ne peut pas tout réduire à l'économie

« En 2010, le sociologue Hugues Lagrange fait paraitre son livre Le déni des cultures[1] dans lequel il montre que la dérive des cités sensibles n’a pas que des raisons socio-économiques. Il ne nie certes pas le chômage, le racisme, la discrimination à l’embauche, l’éloignement des centres urbains, le délitement de l’autorité parentale ; mais il leur ajoute des facteurs culturels tels que les religions, les coutumes, les structures familiales, dont il évalue le poids et l’influence sur le développement et le comportement des jeunes. Lagrange prend soin de préciser que ce ne sont pas les traditions en elles-mêmes qui posent problème, mais leur absence de prise en compte par le pays d’accueil. Notons également qu’il n’oppose pas les immigrés aux Français de souche, il mesure les disparités culturelles entre immigrés, notamment entre Maghrébins et Sahéliens. Ce qu’il tente de démontrer, par exemple, c’est que, à conditions sociales et immobilières semblables, le facteur de l’origine culturelle et géographique constitue une des variables explicatives des conduites sociales, y compris en matière de délinquance. D’où la nécessité, pour l’auteur, de prendre en compte les diverses cultures afin de parvenir à des politiques d’intégration plus ajustées. »
André Versaille, « Le culturalisme est l'arme des terroristes », Blog Le Monde.

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

ObjectionsObjections [ modifier ]

ObjectionsL'Histoire est tragique

Les progressistes supposent qu'il y a du progrès. Or l'Histoire est tragique, elle est faite de guerres et de contradictions, qui ne se résolvent pas mais changent de forme. Les idéologues croient tous que le monde s'unifiera sous leur bannière : que tout le monde deviendra chrétien, ou démocrate, ou que le marxisme triomphera... En réalité, les humains n'arriveront jamais à un accord fondamental ni une "paix perpétuelle". Le conflit existera toujours, entre nations, religions, civilisations.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS
Aucune objection n'a été entrée pour le moment.

ObjectionsIl existe des aires civilisationnelles distinctes et concurrentes

En prétendant que toute l'humanité peut adhérer aux mêmes valeurs, aux Droits de l'homme, les Occidentaux ont justifié le colonialisme. En réalité, chaque culture produit son image du Bien et du Juste, et il est illusoire et dangereux de vouloir toutes les amener à accepter des valeurs qui ne sont, in fine, qu'occidentales. Croire en une sorte de réconciliation mondiale sur des valeurs communes n'est qu'une utopie - illusoire, voire dangereuse, en ce qu'elle nie la diversité des cultures et des civilisations. Il faut accepter que chaque civilisation vive de son côté.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS

ObjectionLa notion de "civilisation" n'est pas pertinente

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

ObjectionsL'homme, quand il est déraciné, devient une unité comptable

L'individu abstrait n'existe pas ; chaque personne est l'expression d'une langue, d'une culture, d'une histoire. En imaginant un "homme remplaçable", qui peut s'abstraire de toute appartenances pour décider sa vie, on fait une erreur tragique. On prépare le terrain à un homme sans racine, sans identité, flottant et malléable, qui sera à la merci des firmes internationales, de la publicité, des loisirs de masse, voire de mots d'ordres et slogans sans profondeur.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS
Aucune objection n'a été entrée pour le moment.

ObjectionsDans un monde multipolaire, il faut une politique de puissance

L'Europe occidentale ne pourra pas toujours vivre sous la tutelle militaire américaine ; pour avoir une destinée propre, elle doit entrer à nouveau sur la scène de l'histoire, accepter la possibilité du conflit, se doter d'outils militaires et politiques. Elle doit aussi se réarmer moralement, croire en ses valeurs, en son histoire, trouver un projet collectif qui la porte - comme les autres aires civilisationnelles, qui croient en elles, comme la Russie avec la religion orthodoxe, le monde islamique, les USA avec leur patriotisme etc.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS
Aucune objection n'a été entrée pour le moment.

ObjectionsIl faut retrouver un sens à la civilisation occidentale

Prendre des verres à une terrasse de café, porter une minijupe, partir à la mer, ne donnent pas sens ni grandeur à la destinée humaine. Celle-ci aspire à des actes héroïques, à une tension vers l'absolu, à un rapport avec la transcendance - ou, à minima, à la fierté de son histoire et de sa culture. Certains "déclinistes" espèrent un retour au christianisme (comme en Russie) ou à la sagesse antique (Onfray) comme réponses au vide contemporain.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS

ObjectionLa notion de civilisation n'est pas pertinente

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

ObjectionIl n'existe pas de civilisation occidentale"

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

ObjectionIl faut une civilisation du bonheur et du moindre mal

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

ObjectionIl faut renouer avec le projet marxiste

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

ObjectionIl faut aller vers le transhumanisme

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

ObjectionIl faut se convertir à l'islam

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

ObjectionIl faut se tourner vers les religions orientales

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

ObjectionIl faut retrouver Socrate

La civilisation occidentale s'inaugure avec Socrate, qui cherche la vérité par la raison - en allant contre les Dieux, contre les opinions, contre les autorités. A partir de la crise de la philosophie, celle-ci abandonne l'idéal de la recherche de la vérité en commun - qui se transporte dans des sciences parcellaires (physique, biologie, sciences humaines séparées). Les individus se trouvent devant des vérités qui se contredisent, et que personne ne cherche à départager. Or l'homme a besoin de savoir quelle est la vérité sur les questions essentielles, si du moins une telle vérité existe. Il veut savoir quel est le bien, le juste, le réel, l'ultime, l'être. Il faut retrouver cette quête de la vérité, et créer des enceintes spécialement destinées à confronter les différentes visions du monde (religions, philosophies), pour savoir "quelle est la vraie".

ObjectionIl faut inventer des idéaux inédits

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références bibliographiquesRéférences [ modifier ]

Aucune référence n'a été entrée pour le moment.

Débat parentDébat parent