Le Rassemblement national est un parti raciste, xénophobe, antisémite et homophobe

De Wikidébats
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Argument POURCet argument est un argument POUR dans le débat Le Rassemblement national est-il un parti fasciste ?.
Mots-clés : Front national, Extrême-droite, Fascisme, Racisme, Xénophobie, Homophobie, Antisémitisme[ modifier ].

RésuméRésumé [ modifier ]

CitationsCitations [ modifier ]

« Le 13 septembre 1987, Jean Marie Le Pen déclare sur RTL que les chambres à gaz sont « un point de détail de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale ». [...] Le 2 septembre 1988, dans un discours, M. Le Pen évoque le ministre de la Fonction publique Michel Durafour, et fait un calembour : « Durafour crématoire ». [...] Le 12 janvier 2005, Jean-Marie Le Pen estime dans un entretien à l’hebdomadaire Rivarol que l’occupation allemande en France « n’a pas été particulièrement inhumaine ». [...] Fin décembre 2010, Marine Le Pen assimile les prières de rues musulmanes à « une occupation ». [...] Le 7 avril 2015, Jean-Marie Le Pen affirme dans Rivarol qu’il n’a « jamais considéré le maréchal Pétain comme un traître ». [...] Le 7 juin 2014, Jean-Marie Le Pen s’en prend dans une vidéo à des artistes qui ont pris position contre le FN. A son interlocutrice qui évoque le nom de Patrick Bruel, il répond : « Ecoutez, on fera une fournée la prochaine fois ». Le 9 avril 2017, en pleine campagne pour l’élection présidentielle, Marine Le Pen déclare : « Je pense que la France n’est pas responsable du Vel d’Hiv » en référence à la rafle, en 1942 à Paris, au cours de laquelle plus de 13 000 juifs avaient été arrêtés par la France. »
« Fin mai, Jean-Marie Le Pen avait évoqué « monseigneur Ebola » pour « régler » les problèmes d’immigration. Le voilà qui vient de récidiver en parlant de faire une « fournée » de Patrick Bruel qui s’était alarmé du score du FN lors des élections européennes. [...] Les jeux de mots ne lui réussissent décidément pas. En 2012, alors qu’il a laissé la présidence du parti à sa fille l’année précédente, il se fend d’un nouveau « trait d’esprit » à l’encontre des Roms : « Les Roms volent naturellement, comme les oiseaux ». [...] En mai 1987, invité à l’émission L’Heure de vérité sur Antenne 2, Jean-Marie Le Pen appelle à isoler les malades du sida qu’il compare à des lépreux : « Le sidaïque (sic) […] est contagieux par sa transpiration, ses larmes, sa salive, son contact. C’est une espèce de lépreux. Et celui-là, je souhaiterais qu’il soit dans un centre ». Dix ans plus tard, en 1997, il s’interroge : « Que faut-il que je fasse pour ne pas être raciste ? Epouser une Noire ? Avec le sida, si possible ? » [...] En août 1996, lors d’une université d’été, Jean-Marie Le Pen évoque « l’inégalité des races » : « Je crois à l’inégalité des races, oui, bien sûr, c’est évident. Toute l’histoire le démontre. Elles n’ont pas la même capacité ni le même niveau d’évolution historique ». Des propos qu’il réitère un mois plus tard sur l’antenne d’Europe 1 et qu’il justifie avec un exemple sportif : « Aux Jeux olympiques, il y a une évidente inégalité entre la race noire et la race blanche ». »
François-Damien Bourgery, « Jean-Marie Le Pen, 30 ans de propos provocateurs », 09/06/2014.
« Sur toutes les questions relatives à la perception de l’Autre, « autre » par ses origines, sa couleur de peau, sa religion, sa culture, et quelle que soit la vague de sondage retenue, les réponses des sympathisants du FN sont toujours beaucoup plus négatives que celles des sympathisants des autres partis. […] Les sympathisants du FN battent tous les records d’intolérance à l’Autre. Si on répartit les personnes interrogées en quatre groupes par niveau croissant d’ethnocentrisme, de « très faible » (scores 0-1) à « très fort » (6-10), 87 % d’entre eux sont très ethnocentristes, contre 48 % des proches des partis de droite, 33 % des proches des partis du centre, et 18 % des proches des partis de gauche. Inversement, aucun proche du FN n’a sur notre échelle un score inférieur à 2 (contre respectivement 3 % des sympathisants de droite, 11 % des centristes et un quart des sympathisants de gauche). »
Nonna Mayer, « Le mythe de la dédiabolisation du FN », La vie des idées, 4 décembre 2015.
« Dix preuves que Marine Le Pen n'est pas une grande amie de la liberté de la presse Dans une lettre ouverte, Marine Le Pen fustige "La Voix du Nord" et dit son attachement à l'indépendance des médias. Pourtant, la présidente du FN s'est déjà écharpée à de nombreuses reprises avec les médias. »

Références bibliographiquesRéférences [ modifier ]

Sous-argumentsSous-arguments [ modifier ]

Sous-argumentLe RN fait l'amalgame entre immigration et terrorisme

Sous-argumentMLP torpille les associations pro-LGBT

Sous-argumentLa soi-disant dédiabolisation n'est qu'une façade

Sous-argumentLe RN veut torpiller et censurer les seuls outils efficaces de lutte contre l'homophobie

Sous-argumentLes lois (non-)votées par le RN trahissent sa LGBTphobie

Sous-argumentMLP voue une admiration ouverte et réciproque envers Poutine, connu pour persécuter violemment les LGBT

Sous-argumentLe Rn veut supprimer la sensibilisation dans les écoles

Sous-argumentLa lutte contre la "propagande", l'"idéologie" et le "prosélytisme" LGBT n'est que le synonyme de l'homophobie

Contre-argumentsContre-arguments [ modifier ]

Contre-argumentLe RN s'est dédiabolisé avec l'arrivée de Marine Le Pen

Contre-argumentLe RN ne prône pas de théories racistes

Contre-argumentRaciste n'est pas fasciste

Contre-argumentLe RN est simplement un parti national-populiste

Contre-argumentLe RN n'est ni homophobe, ni antisémite, ni sexiste

Débat parentDébat parent