Certains migrants véhiculent de l'intolérance religieuse

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est un argument CONTRE dans le débat Faut-il accepter l'immigration en France (et en Europe de l'Ouest) ? et Faut-il accueillir davantage de migrants ?.

Présentation de l'argument [ modifier ]

N'y a-t-il pas une relation entre la montée de l'intolérance religieuse (voire du radicalisme religieux) et l'immigration ? On dira que cette vision des choses stigmatise des millions d'immigrés paisibles et se fonde sur des cas marginaux de "séparatisme" pour véhiculer la xénophobie. Mais sans parler du terrorisme et adopter le rejet de l'autre, certaines questions se posent : n'y a-t-il montée d'idées rétrogrades et intolérantes qui contestent la République ? On constate par différents sondages l'emprise d'idées religieuses sur certains descendants de 2ème ou 3ème génération d'immigrés. Ainsi d'après un sondage Ifop de 2020, 57 % des jeunes musulmans considèrent que la charia est plus importante que la loi de la République. Ce sondage confirme plusieurs autres sondages allant dans le même sens. On remarque aussi chez certains migrants récemment arrivés en Europe des attitudes contraires aux valeurs de tolérance de nos sociétés ouvertes.

Citations [ modifier ]

« Les chrétiens qui fuient la guerre dans leurs pays doivent aussi craindre pour leur vie dans des centres d'accueil en Allemagne. Ils sont insultés, maltraités, agressés et menacés de mort par des musulmans radicaux. Le journal réputé Die Welt a compilé certains témoignages dans son édition du week-end "Welt am Sonntag". »
« Ce réfugié kurde syrien résidait en Allemagne, et il a été poignardé à mort par un groupe d’Arabes après qu’ils l’aient trouvé en train de fumer une cigarette et refusant de jeûner en période de Ramadan.

La victime serait un ressortissant kurde de la province d’Afrin au Kurdistan syrien. Les ressortissants kurdes de la ville ont déclaré plus tard que la police avait déjà arrêté deux personnes soupçonnées d’avoir été impliquées dans le meurtre.

Le suspects arrêtés sont deux demandeurs d’asile syriens. »
« Les jeunes musulmans français se disent plus radicaux que leurs aînés : c'est l'un des enseignements du sondage Ifop publié le 2 septembre pour Charlie Hebdo et la Fondation Jean-Jaurès. À la question : « Faites-vous passer vos convictions religieuses avant les valeurs de la République ? », 74 % des Français musulmans de moins de 25 ans affirment mettre l'islam avant la République, alors qu'ils sont 25 % pour les 35 ans et plus. Autre donnée : si 61 % des musulmans français partagent l'affirmation « l'islam est la seule vraie religion » (un résultat en hausse de 6 % par rapport à un sondage de 2016), ils sont 65 % des musulmans de moins de 25 ans à soutenir cette vision ; 73 % des 25-34 ans et 53 % des plus de 35 ans. »
Auteur anonyme, « Sondage : les jeunes musulmans plus radicaux que leurs aînés », Le Figaro, 8/09/2020.
« Le singulier de cette évolution est qu’elle se déroule au rebours de celles des précédentes immigrations. Traditionnellement, la première génération reste encore très liée à sa communauté d’origine et se sent mal insérée dans le pays d’accueil où la deuxième ou la troisième génération s’inscrit naturellement dans les modes de vie des autochtones. Dans le cas d’une petite mais bruyante partie de la jeunesse musulmane, nous assistons au phénomène inédit inverse décrit par Hugues Lagrange dans Le Déni des cultures, celui d’un « réenracinement des troisièmes et quatrièmes générations de l’immigration dans la culture de leurs parents et de leurs pays d’origine. ». Témoignages de ce « réenracinement », pointés aussi par Malika Sorel-Sutter, le refus de plusieurs jeunes d’utiliser la langue française au quotidien, y compris dans les cours de récréation, la remise en cause de la laïcité, et chez les adultes, le faible taux d’exogamie. Or comme l’avait fait remarquer, il y a plus de 30 ans, Emmanuel Todd dans Le Destin des immigrés : « Le taux d’exogamie, proportion de mariages réalisés par les immigrés, leurs enfants ou leurs petits-enfants avec des membres de la société d’accueil, est l’indicateur anthropologique ultime d’assimilation ou de ségrégation ». (...) Par ailleurs, l’ouvrier Mohammed des années 1960 ne voyait pas de contradictions insurmontables entre le respect de sa foi et la fréquentation de non-musulmans. Prenons l’exemple des interdits alimentaires : « Ce qui pose question, écrit Dounia Bouzar, c’est la différence de posture envers la définition du halal : ce qui était, pour l’ancienne génération, une donnée négociable et souple est devenue ces dernières années une barrière qui empêche de “manger ensemble”. Jamais un musulman des premières générations n’aurait refusé de prendre un repas chez un non-musulman. Dans son islam à lui, il aurait eu peur d’être puni par Dieu pour avoir vexé une personne bien intentionnée. Aujourd’hui il arrive que de plus en plus de jeunes refusent une invitation de non-musulman, ou de non-pratiquant. » De même, la majorité des Algériennes venues en France dans les années soixante, n’étaient pas voilées. Aujourd’hui, leurs petites-filles le sont souvent, et comme par un effet de mimétisme ou d’« entraînement », nombre de leurs grands-mères ont fini par se voiler elles aussi. »
André Versaille, « Le communautarisme, fils du multiculturalisme », Causeur, 30/04/2017.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections [ modifier ]

Ils se séculariseront

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Les migrants sont minoritaires, ils ne peuvent pas être intolérants

Page détaillée
Les migrants sont minoritaires, ils ne peuvent pas être intolérants
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
Il n'y a pas de sens à parler d'intolérance de la part des migrants. L'intolérance s'exerce toujours de la part d'une majorité envers une minorité. Comme les migrants sont minoritaires, ils ne peuvent pas être qualifiés ni considérés comme intolérants. Les problèmes entre migrants chrétiens, yézidis et musulmans relèvent de conflits intercommunautaires.

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débats parents