Beaucoup de détenus du goulag périrent sur le front russe entre 1941 et 1945

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument [ modifier ]

Voici un commentaire par un membre du PRCF du documentaire télévisé de Patrick Rotman diffusésur Arte en février 2020 : goulag, une histoire soviétique .

Citations [ modifier ]

« Surtout, ce documentaire passe sous silence le nombre de décès enregistrés au Goulag. Car aussi terribles que soient ces destins brisés, on n’atteint certainement pas les chiffres de la propagande habituelle de la guerre froide : en effet, 1, 6 million de personnes sont décédées au Goulag. Autre fait que cache savamment ce documentaire : la plupart de ces décès (près de 900. 000) ont eu lieu pendant la Seconde Guerre mondiale, dans des circonstances évidemment exceptionnelles puisque, à cette époque, l’Union soviétique subit la perte de 27 millions de ses concitoyens : le mot d’ordre d’alors, alors que le pays se battait pour sa survie collective, étant « tout pour le Front, tout pour la victoire ». On dénombre ainsi 115 484 morts en 1941, 352. 560 en 1942 (en plein cœur de la guerre totale menée par l’Allemagne nazie et de l’héroïque résistance soviétique), 267 826 en 1943 (année de la fin de la bataille de Stalingrad et de la bataille de Koursk), 114. 481 en 1944 et 81. 917 en 1945 ; soit un total de 932. 267 sur 1. 606 748 pour la période 1930-1956 (chiffres rapportés par A. Applebaum). »
Aymeric Monville, « Une pierre dans notre jardin ou une lapidation ? à propos du documentaire Goulag une histoire soviétique », Initiative communiste, Paris, 2020.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]