A l'hiver 1922-1923 dans son "testament" Lénine attaque Staline

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« Le camarade Staline en devenant secrétaire général a concentré un pouvoir immense entre ses mains et je ne suis pas sûr qu’il sache toujours en user avec suffisamment de prudence. D’autre part, le camarade Trotsky, ainsi que l’a démontré sa lutte contre le Comité central dans la question du commissariat des Voies et Communications, se distingue non seulement par ses capacités exceptionnelles – personnellement il est incontestablement l’homme le plus capable du Comité central actuel – mais aussi par une trop grande confiance en soi et par une disposition à être trop enclin à ne considérer que le côté purement administratif des choses. Ces caractéristiques des deux chefs les plus marquants du Comité central actuel pourraient, tout à fait involontairement, conduire à une scission ; si notre Parti ne prend pas de mesures pour l’empêcher, une scission pourrait survenir inopinément. »
Lénine, « 1923 -01 Testament de Lénine (25 décembre 1922) », la bataille socialiste, Site d'éducation, d'informations et de ressources documentaires pour le marxisme vivant et la démocratie ouvrière., 2010.
« Post-scriptum. Staline est trop brutal, et ce défaut, pleinement supportable dans les relations entre nous, communistes, devient intolérable dans la fonction de secrétaire général. C’est pourquoi je propose aux camarades de réfléchir au moyen de déplacer Staline de ce poste et de nommer à sa place un homme qui, sous tous les rapports, se distingue de Staline par une supériorité – c’est-à-dire qu’il soit plus patient, plus loyal, plus poli et plus attentionné envers les camarades, moins capricieux, etc. Cette circonstance peut paraître une bagatelle insignifiante, mais je pense que pour prévenir une scission, et du point de vue des rapports entre Staline et Trotsky que j’ai examinés plus haut, ce n’est pas une bagatelle, à moins que ce ne soit une bagatelle pouvant acquérir une signification décisive. »
Lénine, « 1923 -01 Testament de Lénine (post scriptum 4 janvier 1923) », la bataille socialiste, Site d'éducation, d'informations et de ressources documentaires pour le marxisme vivant et la démocratie ouvrière., 2010.
« Le bref examen d'une seule question, mais névragique, ajoutera encore au bien-fondé de cette conclusion : celle du style de direction de Lénine confronté à celui de Staline tel qu'il affleure déjà en 1922, et qui conduit Lénine à préconiser son remplacement au poste récemment créé de Secrétaire général ou il a "concentré entre ses mains un pouvoir immense" (tome 36 p 607). Jusqu'au bout de son activité, début mars 1923, et alors même que la ligne politique du parti et de l'Etat est la dictature du prolétariat, Lénine n'a cessé de les diriger d'une manière essentiellement démocratique (...) il n'exige jamais il ne commande pas d'en haut : il ne cesse d'argumenter pour faire prévaloir une analyse, acceptant toujours, fut-ce en maugréant, d'être mis en minorité, donc d'avoir à argumenter davantage. Lénine, dirigeant, fonctionne exclusivement à la conviction majoritairement acquise. »
Lucien Sève, Octobre 1917. Une lecture très critique de l'historiographie dominante. Suivi d'un choix de textes de Lénine., p.95, Non, Staline n'était pas précontenu dans Lénine, Editions sociales les parallèles, 1917 + cent, Paris, 2017.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments [ modifier ]

En janvier 1923 il préconise contre Staline une démocratisation de la commission centrale de contrôle

Page détaillée
En janvier 1923 il préconise contre Staline une démocratisation de la commission centrale de contrôle
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« (...) Lénine rompt avec le communisme de guerre pour établir une politique de paix sociale. Vivement soucieux de la vie démocratique du parti et par-dessus tout de ses instances dirigeantes il préconise en janvier 1923 qu'à chaque séance du bureau politique" assistent des ouvriers et paysans membres de la commission centrale de contrôle" qui devront "sans considération de personnes, veiller à ce qu'aucune influence ne puisse les empêcher de faire une enquête, de vérifier les dossiers et "de façon générale, d'obtenir une clarté absolue et une stricte réguarité de toutes les affaires" (t. 33 p. 499) - mesure hardie clairement destinée à bousculer l'inspection ouvrière et paysanne où il dénonce "le vrai type de notre ancien appareil d'Etat " (p.495)- le responsable en est Staline... »
Lucien Sève, « Lénine, "Comment réorganiser l'inspection ouvrière et paysanne ?", 23 janvier 1923 (Pravda 25 janvier 1923) », Penser avec Marx aujourd'hui Tome IV "Le communisme" ?, p.382, Chapitre II Communisme et "communisme" dans le court XXème siècle. L'insoutenable filiation de Lénine à Staline, Editions La Dispute, Paris, 2019.

Staline frappe politiquement Lénine par l'interception de son courrier

Page détaillée
Staline frappe politiquement Lénine par l'interception de son courrier
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« (...) il recommande de le "démettre de ses fonctions" au XIIè Congrès d'avril 1923, auquel il pressent qu'il ne sera pas en état de participer - il va plonger les jours suivants dans un silence dramatiquement définitif, alors même qu'il a engagé la lutte décisive contre Staline. Lequel a engagé en retour une bataille de la plus cynique inhumanité contre Lénine, qu'il prive systématiquement d'informations en circonvenant ses mèdecins, en terrorisant ses secrétaires, et jusqu'à insulter son épouse Nadejda Kroupskaïa. Ces dernières lettres au Congrès de Lénine, capitales, ne seront, chose inouïe, pas portées à la connaissance des congressistes d'avril 1923, Lénine étant toujours vivant. On n'exagère pas en disant que la première grande victime politique de Staline fut Lénine lui-même durant ses derniers mois de vie. Ce qui donne déjà idée - on aura énormément à y ajouter- de ce dont fait litière la thèse de la filiation politique entre léninisme et stalinisme. »
Lucien Sève, Penser Marx aujourd'hui tome IV, "Le communisme" ?, p.384-385, Chapitre II Communisme et "communisme" dans le court XXè siècle. L'insoutenable filiation de Lénine à Staline, Editions La Dispute, Paris, 2019.

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débat parent