Le capitalisme est liberticide et antidémocratique

De Wikidébats
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mots-clés : Capitalisme, Thèmes à vérifier [ modifier ]

Résumé de l'argumentRésumé [ modifier ]

Aucun résumé n'a été entré pour le moment.

CitationsCitations [ modifier ]

« Le manuel classique de l’industrie des relations publiques » selon Noam Chomsky. Véritable petit guide pratique écrit en 1928 par le neveu américain de Sigmund Freud, ce livre expose cyniquement et sans détour les grands principes de la manipulation mentale de masse ou de ce que Bernays appelait la « fabrique du consentement ».

Comment imposer une nouvelle marque de lessive ? Comment faire élire un président ? Dans la logique des « démocraties de marché », ces questions se confondent. Bernays assume pleinement ce constat : les choix des masses étant déterminants, ceux qui parviendront à les influencer détiendront réellement le pouvoir. La démocratie moderne implique une nouvelle forme de gouvernement, invisible : la propagande. Loin d’en faire la critique, l’auteur se propose d’en perfectionner et d’en systématiser les techniques, à partir des acquis de la psychanalyse.

Un document édifiant où l’on apprend que la propagande politique au XXe siècle n’est pas née dans les régimes totalitaires, mais au cœur même de la démocratie libérale américaine. »
Edward Bernays, Propaganda (Préface de Normand Baillargeon), Préface, Zones.

Références bibliographiquesRéférences [ modifier ]

Aucune référence n'a été entrée pour le moment.

Sous-argumentsSous-arguments [ modifier ]

Sous-argumentLe capitalisme est oligarchique et ploutocratique par essence

Sous-argumentLe capitalisme a besoin de pays bafouant les droits humains

Sous-argumentDe nombreux troubles politiques sont entretenus par les pays qui en tirent un profit financier

Sous-argumentLe capitalisme rend les réseaux sociaux complaisants avec l'extrême-droite

Sous-argumentLe capitalisme entretient un classisme institutionnel

Sous-argumentLes grosses banques ont le monopole de la création monétaire

Sous-argumentDes mesures liberticides sont prises uniquement par profit

Sous-argumentLe capitalisme pousse la population vers le fascisme

Sous-argumentLes empires médiatiques ont une grosse emprise sur l'opinion politique de la population

Sous-argumentDans le système capitaliste, les crises économiques sont inévitables et souvent fatales pour nos libertés

Contre-argumentsContre-arguments [ modifier ]

ObjectionOn ne peut pas mettre sur le dos du capitalisme des dérives qui viennent simplement de la nature humaine

ObjectionLes êtres humains aiment la violence, le pouvoir et les rapports de force : le capitalisme ne prétend pas changer la nature des relations humaines

ObjectionGuerre, pouvoirs arbitraires, violence et servitude volontaire ont toujours existé

ObjectionLes mouvances politiques prétendant faire un Homme meilleur et instaurer le Bien ont souvent commis plus de dégâts que le capitalisme, qui n'a pas ces prétentions

ObjectionOn infantilise les citoyens en mettant sur le dos du capitalisme ce qui relève de leur responsabilité

ObjectionLe capitalisme n'empêche pas des citoyens de s'organiser pour moraliser l'économie

ObjectionC'est dans les pays capitalistes que sont nés le commerce équitable et les grandes ONG d'aide aux pays exploités

ObjectionSeuls dans les pays capitalistes existent des débats sur le fonctionnement de l'économie, une critique des gouvernants et une possibilité de correction

ObjectionSi les citoyens des pays capitalistes ne sont pas satisfaits, ils peuvent changer les gouvernants et les lois

Débat parentDébat parent