L'insurrection d’Octobre 1917 est le résultat d'une année d'actions des masses

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« On affirme encore que l’insurrection du 7 novembre (25 octobre, vieux style) 1917 fut l’œuvre d’une minorité de conspirateurs, le Parti bolchevik. Rien n’est plus contraire aux faits véritables. 1917 fut une année d’action de masses étonnante par la multiplicité, la variété, la puissance, la persévérance des initiatives populaires dont la poussée soulevait le bolchevisme. Les troubles agraires s’étendaient à toute la Russie. L’insubordination annihilait dans l’armée la vieille discipline. Cronstadt et la flotte de la Baltique avaient catégoriquement refusé l’obéissance au gouvernement provisoire et l’intervention de Trotsky auprès du Soviet de la base navale avait seule évité un conflit armé. Le Soviet de Tachkent, au Turkestan, avait pris le pouvoir pour son propre compte… Kerenski menaçait le Soviet de Kalouga de son artillerie… Sur la Volga, une armée de 40 000 hommes refusait l’obéissance. Dans les faubourgs de Petrograd et de Moscou, des gardes rouges ouvrières se formaient. La garnison de Petrograd se plaçait aux ordres du Soviet. Dans les Soviets, la majorité passait pacifiquement et sans fraude des socialistes modérés aux bolcheviks, du reste surpris eux-mêmes de ce changement. Les socialistes modérés se détournaient de Kerenski. Celui-ci ne pouvait plus compter que sur des militaires devenus tout à fait impopulaires. C’est pourquoi l’insurrection vainquit à Petrograd presque sans effusion de sang, dans l’enthousiasme. Que l’on relise sur le sujet les bonnes pages de John Reed et de Jacques Sadoul, témoins oculaires. Le complot bolchevik fut littéralement porté par une colossale vague montante. »
Victor Serge, « Trente ans après la Révolution russe », 1947.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments [ modifier ]

En octobre 1917 les Bolcheviks donnaient satisfaction à trois révolutions.

Page détaillée
En octobre 1917 les Bolcheviks donnaient satisfaction à trois révolutions.
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« Le pouvoir soviétique tel qu'il s'organisera à partir d'octobre 1917, est-il le produit d'une plan concerté ? ou encore de la situation que les bolcheviks ont trouvée devant eux lorsqu'ils eurent éliminé tous leurs adversaires ? (...) La révolution ne découlait pas de la désagrégation d'un état bourgeois parvenu au plus haut degré de maturité et qui laissait derrière lui les bases socio-économiques du socialisme, mais survenait dans un état où le capitalisme n'avait pas pu se développer et où diverses sociétés, divers âges historiques coexistaient. Trois sociétés s'y juxtaposant, elles avaient fait trois révolutions distinctes dont les buts divergeaient : révolution paysanne, révolution ouvrière, révolution nationale. »
Hélène Carrère d'Encausse, Lénine. La révolution et le pouvoir, p.80-81, Chapitre II. Naissance d'un Etat, Champs Flammarion, Paris, 1979.
Voir plus...
« Ainsi les réponses apportées par les bolcheviks aux trois révolutions auxquelles ils étaient confrontés, contredisaient sur l'essentiel leurs principes fondamentaux, mais s'accordaient avec les promesses faites dans un passé récent. Aux paysans, ils accordaient la propriété terrienne ; aux nations le droit à l'indépendance ; aux ouvriers qui seuls voulaient le socialisme, ils demandaient d'attendre. Ce faisant, ils semblaient consacrer eet étendre les tendances centrifuges qui depuis des mois bouleversaient la société et les groupes de l'ancien Empire. Ces tendances s'étaient imposés à eux lorsqu'ils avaient pris le pouvoir, et leurs premiers actes les entérinaient. »
Hélène Carrère d'Encausse, Lénine. La révolution et le pouvoir, p.89, Chapitre II. Naissance d'un Etat, Champs Flammarion, Paris, 1979.

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débat parent