Si vous voulez que ce projet continue à vivre et à se développer, soutenez-nous !

Les solutions visant à limiter l'immigration sont inhumaines et barbares

De Wikidébats
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cet argument est orphelin. Il n'a aucun argument ou débat parent.
Ne voyez-vous pas d'argument auquel il pourrait être un sous-argument ou une objection ?

Résumé de l'argumentRésumé de l'argument [ modifier ]

Aucun résumé n'a été entré pour le moment.

CitationsCitations [ modifier ]

Aucune citation n'a été entrée pour le moment.

Sous-argumentsSous-arguments [ modifier ]

Sous-argumentOn ne peut pas tolérer les morts en Méditerranée

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous-argumentOn ne peut pas tolérer les expulsions

« Plus de 30 000 étrangers sont expulsés chaque année du territoire français. Sarkozy avait fixé un objectif chiffré, argument sinistre pour flatter l'électorat réactionnaire. Eh bien son successeur se vante d'avoir maintenu, et même amplifié, le nombre de reconduites à la frontière !

L'arrestation par la police de Valls de la jeune collégienne Rom Leonarda Dibrani en octobre dernier, parce qu'elle a entraîné la mobilisation de milliers de lycéens, parce que sa brutalité a provoqué des remous jusqu'à l'intérieur du Parti socialiste, a pour une fois braqué les projecteurs sur le sort de ces dizaines de milliers d'étrangers expulsés.

Mais derrière chaque expulsion, combien de familles, combien de jeunes renvoyés dans un pays qu'ils ne connaissent pas ou dans lequel ils sont indésirables ? Combien de travailleurs brutalement renvoyés dans le pays qu'ils ont quitté faute d'avenir et qui n'auront d'autres choix que de tenter un nouveau passage de plus en plus difficile et dangereux ? Le seul délit de tous ces hommes et ces femmes est de vouloir vivre ! »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS
Aucune objection n'a été entrée pour le moment.

Sous-argumentOn ne peut pas tolérer les camps de rétention

« Immigrants économiques clandestins ou déboutés du droit d'asile subissent la même traque dans toute l'Europe. À l'intérieur de ce prétendu « espace de liberté » le réseau Migreurop a recensé plus de 250 camps de rétention qui peuvent enfermer 35 000 migrants. Ces retenus n'ont commis aucun délit. Ils sont enfermés dans des conditions de détention et sous des statuts juridiques très variables et pour une durée qui peut aller jusqu'à 18 mois. En France, cette durée est passée de 12 jours en 1998, à 32 jours en 2004 puis 45 jours depuis la loi Besson de 2010. Cette même loi Besson a allongé à cinq jours le délai avant l'intervention d'un Juge des Libertés et de la Détention.  »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.
Voir plus...
Voir les citations restantes dans la page détaillée de l'argument.
« Il y a des centres de rétention à toutes les portes d'entrée de l'Europe, au sein des grands aéroports, à proximité des ports ou des grandes gares. Certains, en Allemagne ou en Suisse, sont de véritables prisons dans lesquelles les migrants doivent parfois cohabiter avec les détenus de droit commun. Les centres d'enfermement les moins inhumains sont entourés de barbelés et de caméras de surveillance tandis que les pires sont remplis de vermine, saturés et privés de services médicaux comme le rapportent les associations humanitaires ou les migrants qui s'en échappent. La diffusion d'une vidéo tournée dans le camp de Lampedusa, où des migrants étaient douchés nus avec un produit contre la gale, a rendu publiques les conditions dans lesquelles sont enfermés ces réfugiés. Dans le camp de Corinthe en Grèce, 1200 migrants retenus depuis l'été 2012 se sont révoltés en août dernier quand leur détention a été portée de douze à dix-huit mois. Ils s'entassent dans des dortoirs où doivent cohabiter entre 70 et 80 personnes. Ils ont droit à deux promenades, le matin et le soir et disposent de deux douches par pavillon, ouvertes une heure et demie par jour. »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS
Aucune objection n'a été entrée pour le moment.

Sous-argumentOn ne peut pas tolérer les traques aux frontières

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous-argumentOn ne peut pas tolérer les traques et les pogroms

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Sous-argumentOn ne peut pas tolérer les lois limitant drastiquement le droit au séjour

« Comme le montrent les chiffres de l'immigration année après année, toutes ces lois scélérates ne changent rien au nombre des immigrés qui vivent dans ce pays. Par contre elles rendent la vie quotidienne de tous les étrangers toujours plus difficile. Elles rallongent les procédures pour que des couples et des familles puissent vivre ensemble. Elles transforment le renouvellement de la carte de séjour en période d'angoisse, en parcours du combattant, multipliant l'attente devant les guichets de l'administration. Quant à obtenir une régularisation même après des années de séjour et de travail en France, c'est une mission de plus en plus impossible. Contrats de travail, fiches de paie, promesses d'embauche, certificats prouvant sa présence depuis des années, il faut fournir tellement de pièces qu'un travailleur étranger sans titre de séjour - mais pas sans humour - déclara un jour : « en fait j'ai tellement de papiers que je ne vois pas pourquoi on m'appelle sans-papier ». »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.
SOUS-ARGUMENTS
Aucun sous-argument n'a été entré pour le moment.
OBJECTIONS
Aucune objection n'a été entrée pour le moment.

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

ObjectionsObjections [ modifier ]

Aucune objection n'a été entrée pour le moment.

Références bibliographiquesRéférences [ modifier ]

Aucune référence n'a été entrée pour le moment.