Le wokisme est une machine de guerre pour détruire les Lumières, la science et les débats, assises des démocraties occidentales

De Wikidébats, l'encyclopédie des débats et des arguments « pour » et « contre »
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Débat parentCet argument est utilisé dans le débat Pour ou contre le wokisme ?.
Argument contreCet argument est un argument « contre » dans le débat Pour ou contre le wokisme ?.
Mots-clés : Wokisme[ modifier ].

RésuméRésumé

[ modifier ]

CitationsCitations

[ modifier ]

« Le principe fondamental est toujours le même : il s’agit de s’immiscer dans l’auto-critique des sociétés occidentales, non pas pour en reprendre et radicaliser le projet d’émancipation individuelle et collective mais, tout au contraire, afin la mettre au service d’une régression néo-traditionnaliste où prévalent la religion, la communauté, la « race ».

C’est, au fond, la renaissance d’un schéma millénariste où le monde existant, réduit à l’Occident, est intrinsèquement mauvais et dont la destruction fera spontanément surgir une société meilleure. Tous les moyens sont bons ; refus de l’argumentation raisonnable, chantage aux bons sentiments, complotisme victimaire, opportunisme éhonté, insulte, menace et violence.

Cette manipulation, pourtant grossière, n’est rendue possible que parce que les milieux écologistes ont depuis longtemps perdu leur vitalité et leur indépendance idéologique pour se subordonner aux automatismes gauchistes. La convergence entre milieux écologistes, idéologie gauchiste et militants (dé)coloniaux est promise à un bel avenir du fait de l’indigence politico-intellectuelle des premiers, du tropisme totalitaire de la deuxième et de la montée en puissance des troisièmes. Le tout dans un contexte de crises multiples, accélérées et actuellement sans issues praticables, grosses de réactions irrationnelles et de confusions idéologiques. »

Auteur non renseigné, « Gare à l’écologie (dé)coloniale ! », Lieux communs, 5/03/2021.

« Tout le mal en ce monde vient de l’Occident, telle est la thèse masochiste et narcissique qui l’emporte actuellement en Amérique et qui gagne l’Australie et l’Europe. Comme il l’a expliqué au Wall Street Journal récemment, Douglas Murray a passé un long moment aux Etats-Unis, pays devenu un « exportateur net de mauvaises idées », pour observer et comprendre la maladie qui a saisi ce pays et sonner l’alerte.

Ce mal lui serait consubstantiel et appellerait donc un traitement radical : la démolition totale de ce qui a fait l’Occident. Ce projet n’est pas pour déplaire à la  Chine qui observe avec intérêt et délectation le projet d’autodestruction de l’Occident.

Les signes avant-coureurs n’ont pas manqué, telle cette manifestation à l’Université de Standford en 1987 derrière le pasteur Jesse Jackson au son de « hey hey, ho ho, Western Civ has got to go ». Aujourd’hui, le « virus » antioccidental a contaminé toutes les sphères de la société, du jardinage au sommet des gouvernements. On retrouve presque toujours le même scénario : dénigrer l’Occident, et lui seul, en faisant fi du contexte historique et en redéfinissant le sens des mots, exagérer ses méfaits sans hésiter parfois à les falsifier, sans jamais les comparer à ceux d’autres civilisations et clouer au pilori les contradicteurs et les sceptiques, y compris ceux qui sont infiniment plus compétents que les militants antioccidentaux. Ce qui nécessite un usage constant de l’anachronisme et un abus du décryptage métaphorique. Cette stratégie est fondamentale dans l’établissement d’une continuité historique dans le mal. Pour cela, les militants anti-occidentaux, bien souvent des Blancs aisés, doivent s’attaquer aux piliers de la civilisation occidentale gréco-romain, judéo-chrétien et des Lumières. Aucun héros ne doit échapper à la fournaise pour que l’Occident finisse par être privé de toute possibilité de fierté. Ce carnage épargne néanmoins les idoles encore utiles pour étayer la thèse de la démolition, quoi qu’ils aient pu faire. Douglas Murray aurait pu intituler son livre : Occident, fermeture définitive, tout doit disparaître. »

Michèle Tribalat, « THE WAR ON THE WEST How to Prevail in the Age of Unreason », Blog de Michèle Tribalat, 18/05/2022.

RéférencesRéférences

[ modifier ]

  • Douglas Murray, Abattre l'Occident, L'Artilleur, 2022.

Arguments pourSous-arguments

[ modifier ]

  • Argument pourL'"antiracisme" woke est un ensemble d'affirmations controversées, y compris au sein de la gauche
  • Argument pourLe wokisme ne critique jamais l'homophobie et le patriarcat dans le monde musulman ou hors d'Occident
  • Argument pourLe wokisme ne critique jamais le racisme, l'esclavagisme et la persécution des minorités hors d'Occident
  • Argument pourLe wokisme attaque l'universalisme, qui a permis l'émancipation humaine
  • Argument pourLe wokisme réintroduit dans l'espace public la notion de race, ce qui est une régression de la pensée
  • Argument pourLe wokisme crée des tabous intellectuels, par ex. un sujet comme la progression de l'islamisme

Arguments contreContre-arguments

[ modifier ]

  • Argument contreL'occident doit être détruit car il est essentiellement criminel, impérialiste et anti-écologique
  • Argument contreLe wokisme fait simplement leur place aux minorités, ce n'est pas "vouloir détruire l'occident"
  • Argument contreLa science et l'université occidentales sont des outils de domination impérialistes de l'Occident et non des institutions objectives et désintéressées
  • Argument contreLes Lumières ont servi à justifier la colonisation
  • Argument contreLa vraie menace pour la démocratie, c'est la banalisation de l'extrême-droite
  • Argument contreL'anti-wokisme est anti-science et liberticide

Débat parentDébat parent