La brutalisation de l'Histoire fut en partie imposée à Staline par la menace nazie

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« Il est juste d'ajouter que cette brutalisation de l'histoire eut elle-même au départ pour important motif la menace d'une nouvelle guerre impérialiste perceptible dès les années 1920, d'une agression allemande contre l'Union Soviétique perceptible dès 1933, qui lui imposent une industrialisation à marche forcée. Dans un discours de février 1931 devant les cadres de l'industrie, Staline dit "Nous retardons de cinquante à cent ans sur les pays avancés. Nous devons parcourir cette distance en dix ans. Ou nous le ferons ou nous serons broyés ". (Staline, textes, éditions sociales, Paris, 1983 tome 2 p. 27). Contrainte historique manifeste qui ne disculpe pas Staline de sa criminelle brutalisation sociale mais montre aussi la part qui en revient à l'hostilité agressive des puissances capitalistes. »
Lucien Sève, Octobre 1917. Une lecture très critique de l'historiographie dominante. Suivi d'une choix de textes de Lénine, p.101-102 note 97, La ligne de partage : vouloir forcer l'histoire, Editions sociales les parallèles, 1917 + cent, Paris, 2017.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]