Lénine a théorisé et réalisé la dictature de la direction bolchévik

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« Lénine croit à la continuation, et même à l’aggravation de la lutte des classes sous la dictature de parti unique ; donc, logiquement le parti doit être traversé par cette lutte : en son sein se trouvent des ennemis. Nul besoin ici d’attribuer une psychologie de persécuté à Lénine, il suffit de supposer qu’il raisonne logiquement. Il proclame que, devant l’apparition d’une « déviation syndicaliste et anarchiste dans le parti », « l’épuration et l’assainissement s’imposent », ceci au Xe Congrès où il proclame aussi que le temps des discussions au sein du parti est terminé et qu’il faut maintenant parler avec les fusils. Le congrès décide aussi l’interdiction des fractions et la dissolution des groupes organisés autour de plates-formes, comme l’Opposition ouvrière d’Alexandra Kollontaï et Gregori Chliapnikov : ceci conduit mécaniquement à la dissimulation et à la suspicion de dissimulation. Et le système est tel que l’innocence ne peut être prouvée puisque les saboteurs ont des allures d’innocents, des visages et des comportements qui masquent leurs desseins. Staline conduira à l’extrême cette logique : plus un communiste à l’air d’être un bon communiste, plus on peut le soupçonner d’être un mauvais communiste masqué. »
Dominique Colas, « Lénine et la terreur de masse », Quand tombe la nuit, L'Âge d'Homme, Lausanne, 2001.
« Depuis le printemps 1918 et la rupture tant avec les anarchistes qu’avec les socialistes-révolutionnaires de gauche – qui participaient au Sovnarkom et ont rompu en s’opposant au traité de Brest-Litovsk –, Lénine renforce sans cesse le monopole du pouvoir au bénéfice des bolcheviks, accélère la conquête de l’appareil d’État par le parti et en multiplie les moyens d’action, en particulier grâce à la Tcheka – qui compte déjà 12 000 hommes fin juin 1918 pour atteindre le chiffre de 280 000 début 1921 – et à l’Armée rouge – armée de guerre civile qui, à partir du 9 juin 1918, bénéficie du service militaire obligatoire. Et, depuis le Xe congrès du Parti bolchevique en mars 1921, et l’interdiction des fractions au sein du parti, le processus est enclenché qui mènera au pouvoir absolu de la direction sur le parti, et bientôt à celui du secrétaire général sur la direction. »
Stéphane Courtois, « Guerre et totalitarisme », Communisme et totalitarisme, Perrin, Paris, 2009.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections [ modifier ]

En mars 1922 Lénine recule devant Chliapnikov qui lui reproche un langage violent et guerrier

Page détaillée
En mars 1922 Lénine recule devant Chliapnikov qui lui reproche un langage violent et guerrier
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. En mars 1921 Lénine a fait son autocritique et ne s'est pas corrigé
[ modifier ]
« Sur l'attitude personnelle de Lénine envers la violence s'impose une mise au point sui à ma connaissance n'a jamais été faite. La guerre civile terminée, il recourt à un langage militaire où il est question de "fusiller" tel ou tel responsable pour manquement pratique ou désaccord politique. Dans son rapport au XIème congrès de mars 1922, fustigeant l'attitude de qui cède à la panique, il évoque le recours aux mitrailleuses en usage dans l'armée contre les fuyards qui menacent de faire tourner un repli en débandade, et ajoute "on fait bien" ( t. 33 p. 287). D'où un incident avec Chliapnikov qui s'alarme dces propos pris au premier degré, alors que chez Lénine et ses camarades, ce langage, courant entre eux, est purement métaphorique. C'est ce que dit Lénine dans la bonne humeur générale, au cours de son allocution de clôture du débat politique (Applaudissements. Rires.) Pauvre Chliapnikov ! Lénine a l'intention de mettre en batterie des mitrailleuses contre lui. Il est question des mesures appliquées par le parti, et nullement d'on ne sait quelles mitrailleuses (p. 318) (...) Toujours opposant à Lénine, Chliapnikov est réélu au Comité central. Lénine est mort sans avoir fait le moindre mal à l'individu Chliapnikov. Staline le fera exécuter en 1937. »
Lucien Sève, « Conclusions sur le XIème Congrès du PCR, 28 mars 1922 », Penser avec Marx aujourd'hui tome IV "Le Communisme", p.380, Communisme et "communisme" dans le court XXè siècle L'insoutenable filiation de Lénine à Staline, La Dispute, Paris, 2019.
Voir plus...
« Mais certains continuent à se plaindre de ce langage, et Lénine leur donne raison. "Camarades, je regrette beaucoup d'avoir employé le mot "mitrailleuse", et je fais la promesse solennelle de ne plus employer à l'avenir de telles expressions imagées, car elles effraient les gens pour rien (...) (dixit). Personne n'a l'intention de tirer à la mitrailleuse sur personne..." (t. 42, p. 289) »
Lucien Sève, « remarque sur l'intervention de Kisselev Xème congrès du PCR », Penser avec Marx aujourd'hui tome IV "Le Communisme", p.380, Communisme et "communisme" dans le court XXè siècle L'insoutenable filiation de Lénine à Staline, La Dispute, Paris, 2019.

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débat parent