Lénine a rejeté, en décembre 1919, de manière argumentée, les accusations de violences contre les paysans

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« S'il est pourtant une très vaste part de la population sur laquelle est censée s'exercer la systématique violence "léniniste" "préfigunt la violence stalinienne, c'est la paysannerie. C'est même là une antienne de l'histoire totalitariste de l'Union Soviétique. Dans son Lénine Hélène Carrère d'Encausse, par exemple, écrit péremptoirment -sans le moindre texte à l'appui- que Lénine "n'a jamais cru à la nécessité de traiter la paysannerie avec ménagement", alors qu'il ne cesse de dire le contraire ": jamais aucun bolchevik, aucun socialiste sensé n'a jamais admis l'idée de la violence contre les paysans moyens. Tous les socialistes ont toujours parlé d'un accord avec eux, d'un ralliement gaduel et librement consenti des paysans moyens au socialisme " (t. 36, 516 ; cf aussi t. 28, 208 ; t. 30, 185... ). Nous n'admettons aucune violence à l'égard de la paysannerie moyenne" répète-t-il encore et encore tout au long du VIIè Congrès du PC (b) en mars 1919 (t. 29, 205 - c'est justement de ce principe essentiel que Staline va faire gravement litère en 1929) - une violente lutte de classe n'étant inévitable que contre les koulaks, paysannerie riche définie notamment par l'exploitation de main d'oeuvre salariée - encore que même en ce cas, précise Lénine, "nous ne sommes pas aussi catégoriques que pour la bourgeoisie" (t. 29, 205) »
Lucien Sève, Octobre 1917. Une lecture très critique de l'historiographie dominante. Suivi d'un choix de textes de Lénine, p.35-36, "La Terreur nous a été imposée", Editions sociales les parallèles, 1917 + cent, Paris, 2017.
« Que de fait les réquisitions indispensables pour nourrir d'urgence des villes affamées aient gravement déterioré les rapports d'abord très favorables entre pouvoir bolchevik et masse paysanne, qu'en plus d'une région se soit enclenchée la redoutable dialectique rébellion-répression jusqu'à de véritables guérillas rurales attisées par les Blancs où, écrit Nicolas Werth, la masse des paysans moyens fut touchée, c'est là une vérité sur laquelle ses travaux sont instructifs- par exemple sur la révolte de Tambov. Mais à conclure que le mécontentement fut général, donc qu'ici aussi le projet politique léniniste aurait pour fond le choix par principe de la violence, on se heurterait à une objection proprement décisive formulée par Lénine en décembre 1919 : On a beau crier que le parti bolchevik est le parti de la violence à l'encontre des paysans, nous disons : Messieurs, c'est un mensonge ! Si nous étions le parti de la violence à l'encontre des paysans, aurions-nous pu tenir contre Koltchak, aurions-nous pu mettre sur pied une armée à service militaire obligatoire et où les huit-dixièmes des hommes sont des paysans, où tous sont armés, où l'exemple de la guerre impérialiste a montré à tous qu'il est facile de diriger un même pays de différents côtés ? (t. 30, 185) A ignorer une objection aussi forte, on rend sa thèse bien faible. »
Lucien Sève, Octobre 1917. Une lecture très critique de l'historiographie dominante. Suivi d'un choix de textes de Lénine, p.36-37, La Terreur nous a été imposée, Éditions sociales. Les Parallèles 1917 +100, Paris, 2017.
« Et Lénine ne le conteste pas. Il ne farde jamais la vérité : Bien souvent, en raison du manque d'expérience des travailleurs des Soviets et de la difficulté de la question, les coups destinés aux koulaks sont allés frapper la paysannerie moyenne. Nous avons commis là une très grave faute." »
Lucien Sève, Octobre 1917. Une lecture très critique de l'historiographie dominante. Suivi d'un choix de textes de Lénine., p.36 note 29, La Terreur nous a été imposée (Oeuvres de Lénine, tome 29, VIIIème congès du PC, 18 mars 1919, p. 157), Éditions sociales, Les Parallèles 1917 +100, Paris, 2017.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments [ modifier ]

En 1921 quand Lénine lance la NEP il s'adapte aux réalités

Page détaillée
En 1921 quand Lénine lance la NEP il s'adapte aux réalités
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« (...) sitôt la guerre civile et l'intervention étrangère derrière lui, en mai 1921 Lénine opére un changement capital de stratégie envers la paysannerie. C'est la NEP, nouvelle politique économique, qui met fin aux réquisitions, leur substitue un impôt en nature deux fois moins lourd (t. 32, 390), et surtout autorise les paysans à commercialiser leur production une fois l'impôt acquitté. recul calcuté en direction d'un capitalisme de petite production attestant avec éclat un sens extrème des réalités. Qu'on puisse faire avorter l'histoire de ses possibles, qui trop souvent avortent, Lénine est de ceux qui l'auront démontré avec une particulière audace - la révolution d'octobre, la IIIème internationale, le succès final dans la guerre civile et étrangère portent au plus haut point sa marque personnelle. Mais le même homme a une conscience aigüe de l'impossible en histoire, et par conséquent de l'interdit. Par exemple, peut-on début 1923, "avoir pour objectif d'implanter le communisme au village ? " Non tant que nous n'avons pas de base matérielle pour le faire -et on en est encore loin - l'essayer serait "nuisible" et même "désastreux" (t. 33, 478). Lénine a été le contraire même d'un dirigeant qui s'imagine pouvoir forcer l'histoire. Staline s'est voulu plus fort - au nom d'un marxisme fruste dont le prix a été colossal. »
Lucien Sève, Octobre 1917. Une lecture très critique del'historiographie dominante. Suivi d'un choix de textes de Lénine, p.102-103, La ligne de partage : vouloir forcer l'histoire, Editions sociales les parallèles, 1917 + cent, Paris, 2017.

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]