En Ukraine en 1919 les terreurs antibolcheviques ont précédé la Terreur rouge et ont subsisté jusqu'à la fin de l'année

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« LES POGROMES EN UKRAINE (1919-1921)

Les populations juives d’Ukraine (et, dans une moindre mesure, de Biélorussie) furent victimes, au cours de la guerre civile, des plus terribles pogromes jamais commis jusque-là dans ces régions, pourtant déjà durement frappées par les pogromes de 1903-1906. On estime à 150 000 environ le nombre de victimes juives de pogromes (125 000 en Ukraine, 25 000 en Biélorussie) entre 1918 et 1922. La pire année fut sans conteste 1919. Les pogromes furent commis par les unités armées les plus diverses : par les Armées blanches, sous la direction du Général Denikine, par les troupes de la République populaire ukrainienne, dirigées par S. Petlioura, par les détachements des différents « atamans » (Sokolovski, Kozyr-Zyrka, Hrigoriyv, Zelenyi) véritables « seigneurs de la guerre », par les détachements de « Verts » (paysans insurgés), voire par certaines unités de l’Armée Rouge (notamment par la fameuse Konarmia, la 1ère Armée de cavalerie commandée par Budienny). Certains bourgs d’Ukraine et de Biélorussie furent le théâtre de plusieurs pogromes commis par des unités différentes, tout au cours de la période. Les villes (Kharkov, Ekaterinoslavl) ne furent pas épargnées, notamment après leur reprise par les Blancs, les Juifs étant systématiquement assimilés aux bolcheviks par l’amalgame du « judéo-bolchevisme » accepté par tous les perpétrateurs de pogromes, à quelque formation qu’ils appartinssent. Parmi les pogromes les plus importants :

15-17 février 1919 : Proskourov (province de Podolsk) Massacres, viols, pillages par les unités armées de la République populaire d’Ukraine. Nombre de victimes estimées : entre 1 500 et 1 800.

22-26 mars 1919 : Jitomir (province de Volhynie) Massacres, viols, pillages par les unités armées de la république populaire d’Ukraine. Nombre de victimes estimées : entre 500 et 700.

11-12 mai 1919 : Gorodische (province de Kiev) Massacres, pillages par des détachements de l’Ataman Hrigoriyv.

13 mai 1919 : Tal’noie (province de Kiev). Massacres, pillages par des détachements de l’Ataman Hrigoriyv.

12-14 mai 1919 : Ouman’ (province de Kiev). Massacres, pillages par des détachements de l’Ataman Hrigoriyv. Nombre de victimes estimées : entre 800 et 1 200.

18-19 mai 1919 : Smela (province de Kiev). Massacres, pillages par des détachements de l’Ataman Hrigoriyv.

15-20 mai 1919 : Elizavetgrad (province de Kiev). Massacres, viols, pillages par des détachements de l’Ataman Hrigoriyv .Nombre de victimes estimées : entre 1 300 et 3 000.

26-28 mai 1919 : Trostianets (province de Podolsk). Massacres, pillages par des paysans locaux et des déserteurs (« Verts »). Nombre de victimes estimées : 400.

15-18 juin 1919 : Kharkov, après la reprise de la ville par les unités de l’armée de Denikine. Massacres, pillages. Nombre de victimes estimées : de 800 à 2 500.

24 juin 1919 : Alexandria (province de Kherson). Massacres, pillages par des détachements de l’Ataman Hrigoriyv. Nombre de victimes estimées : 300 à 700.

16-18 août 1919 : Pogrebische (province de Kiev). Massacres, pillages par des détachements de l’Ataman Zelenyi. Nombre de victimes estimées : 400 à 500.

2-6 septembre 1919 : Fastov (province de Kiev). Massacres, pillages par des détachements de l’Armée blanche. Nombre de victimes estimées : 1 000 à 1 500.

28-29 septembre 1919 : Smela (province de Kiev). Massacres, pillages par des détachements de l’Armée blanche. Nombre de victimes estimées : 112.

14-15 décembre 1919 : Smela (province de Kiev). Massacres, pillages par des détachements de la 1ère Armée de Cavalerie (Armée rouge). Nombre de victimes estimées : 107. (Sources :I.Heifetz, The Slaughter of Jews in Ukraine, New York, 1922 ; L.B.Miliakova, E.S.Rozenblat, I.E.Elenskaia (eds), Pogromy na Ukraine, v Belorussii i Evropeiskoi casti Rossii, 1918-1922. Sbornik dokumentov, Moskva, 2006 ).

++++ »
Nicolas Werth, Crimes et violences de masses des guerres civiles russes (1918-1921), Sciences Po Violence de masse et résistance, Paris, 2009.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]