C'est en 1922 et non en 1920 qu'est créé le Glavlit

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument [ modifier ]

"Dès 1920 Lénine...". L'erreur n'est pas mince. 1922 est l'année de la nomination de Staline au poste de secrétaire général du PCUS (3 avril ). Lénine, très malade, intervient de moins en moins et exprime des critiques vis-à vis de son camarade (Testament de Lénine). En mars 1923 il disparaît de la vie politique russe. En 1922 nous sommes un an après la décision controversée chez les historiens d'interdire en mars 1921 les fractions, tout en maintenant un pluralisme dans la représentation au sein des délégations du PCUS.

Citations [ modifier ]

« En 1922, le gouvernement soviétique (Conseil des commissaires du peuple) crée un organisme spécial, le Glavlit, censé réguler la censure dans le domaine de l'édition, de la presse, du théâtre, du cinéma, etc. Le Glavlit met en place non seulement une censure préalable, mais aussi, à l'aide des services secrets (TCHK, GPU, OGPU, NKVD : les "ancêtres" du KGB), une censure punitive. Les critères d'interdiction de publication par le Glavlit figuraient dans le décret de 1922 : agitation contre le pouvoir soviétique, ouverture du secret militaire de la République, diffusion d'informations fausses, provocation de fanatisme national et religieux, caractère pornographique. »
Ilya Kiriya, « La production des biens culturels en URSS ; une autre industrie culturelle », les enjeux de l'information et de la communication, p.30 - 39, 2004.
« La Direction générale des affaires littéraires et de l'édition (Glavnoe Upravlenie po Delam Literatury i Izdatelstv), connue sous le nom de Glavlit, était l'organisme d'État responsable de la censure des imprimés en Union soviétique. Bien que l'imprimé soit son objectif principal, il supervisait parfois la censure d'autres médias, notamment la radio, la télévision, le théâtre et le cinéma. Glavlit a été créée en 1922 pour remplacer un réseau d'agences de censure militaires et civiles non coordonnées créées après la prise du pouvoir par les bolcheviks. Bien que la liberté de la presse existait nominalement en Union soviétique, le gouvernement s'est réservé le droit d'empêcher la publication de certains documents. »
Auteur anonyme, « Glavlit », Encyclopedia.com, 2020.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments [ modifier ]

Le Glavlit fut créé très exactement le 6 juin 1922 d'après une information communiquée par Stéphane Courtois

Page détaillée
Le Glavlit fut créé très exactement le 6 juin 1922 d'après une information communiquée par Stéphane Courtois
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« Le 10 août 1922 fut rendu public le nouvel article 57 qui autorisait les expulsions administratives. Comme l’avait déclaré Lénine en mars : « Dans la sphère économique, la retraite continue, dans le domaine politique, l’assaut continue ». Déjà le 6 juin, il avait créé le Glavlit, organe, durant des décennies, de la censure de toutes les publications et de contrôle de la pensée. Et comme le 15 septembre 1922 Gorki, depuis son exil, lui avait écrit pour le mettre en garde contre ces expulsions, Lénine lui répondit avec son élégance coutumière : « […] les intellectuels, les laquais du capital, pensent qu’ils sont le cerveau de la nation. En réalité, ils n’en sont pas le cerveau, ils en sont la merde. »
Stéphane Courtois, « Lénine et la destruction de l’intelligentsia russe », Communisme et totalitarisme, Perrin, Paris, 2009.

En mai-juin 1922, Lénine est atteint par une crise foudroyante.

Page détaillée
En mai-juin 1922, Lénine est atteint par une crise foudroyante.
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« A l'automne 1922, Lénine est déjà un grand malade. A la la fin de 1921, épuisé, il doit pour plusieurs semaines s'éloigner de la vie publique. Quand il revient, sa capacité de travail est réduite et son état s'aggrave sans cesse. Le 25 mai 1922, il est atteint au fond de lui-même par une crise foudroyante. Le côté droit paralysé, privé un temps de la parole, il doit attendre l'automne pour reprendre son travail, et encore il n'est plus, il ne sera plus que l'ombre du lutteur qui a soulevé la Russie. Ceux qui le verront au 4ème congrès du Komintern en novembre 1922, un mois avant qu'une nouvelle attaque l'écarte à tout jamais de la politique, seront bouleversés du changement survenu en lui. »
Hélène Carrère d'Encausse, L'Empire éclaté ; la révolte des nations en URSS, p.18, chapitre premier Quand "la prison des peuples" s'est ouverte, Flammarion, Paris, 1978.
Voir plus...
« (... ) la réalité, c'est d'abord celle d'un Lénine "littéralement dévoré par les impératifs de l'action directe en des circonstances dramatiques," puis contraint par la maladie de ralentir son activité dès le mois de décembre 1921, enfin gravement atteint quelques mois plus tard et mis dans l'impossibilité d'assurer effectivement des fonctions de direction. »
Jean-Jacques Goblot, « Lénine et la genèse du stalinisme », Cahiers d'Histoire Espace Marx, vol. 63, p.94-95, Deux préjugés, Paris, 2ème trimestre 1996.
« Lénine reprend son activité en octobre 1922, mais il est très affaibli par la maladie, et ce répit ne dure que jusqu'à la mi-décembre. Ses derniers textes (décembre 1922-mars 1923) ont été dictés au prix de grands efforts. Il est définitivement privé de l'usage de la parole le 10 mars 1923. »
Jean-Jacques Goblot, « Lénine et la genèse du stalinisme », Cahiers d'Histoire Espace Marx, vol. 63, p.104, note 10 (des pages 94-95), Paris, 2ème trimestre 1996.

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débat parent